• bouton partage

  • DISCUSSION AVEC MON AMI CLAUDE A propos de la guerre en Ukraine

    DISCUSSION AVEC MON AMI CLAUDE


    A propos de la guerre en Ukraine


    Nous nous connaissons depuis 1971. Nous avons milité ensemble plusieurs années dans la même cellule de la LCR ; Nous sommes plus que des camarades, de véritables amis. Bien que nos liens se soient distendus avec le temps nous sommes toujours restés reliés. Nous nous sommes revus voilà trois ans chez un ami commun et plus récemment, à nouveau pour des raisons militantes. Nous avons échangé à propos des deux terribles sujets du moment : la guerre en Ukraine et cette autre à Gaza et avons été obligé de constater que nos points de vue sont très différents.

    Je n’ai jamais ostracisé personne, Claude est un homme de débat il acceptera la contradiction. La discussion est ouverte entre nous. J’espère en faire profiter les lecteurs de « La voie des sans voix », qui d’ailleurs sont invités à y prendre part.

    Claude est marxiste et se prévaut d’analyser l’histoire et les faits à l’aune de la lutte des classes qui transgresse il est vrai la totalité des rapports humains, tant des peuples que des nations mais aussi des nations entre elles. Jusque -là je ne peux qu’être d’accord. Je suis marxiste aussi, je partage cette préoccupation et cette méthode d’analyse.

    Mais attention, pour partager les références théoriques et la méthode de préhension des faits, rien ne garantit la justesse des conclusions. Les nôtres ne sont pas les mêmes, je n’ose pas écrire « diamétralement opposées, mais presque. C’est donc que l’un de nous au moins se fourvoie, ou que nous nous fourvoyons tous les deux.

    Je vais vous dire ma façon de voir, que bien entendu je crois être la bonne et vous en laisserai juges.

    Claude dit qu’il se place résolument aux côtés de la classe ouvrière et du peuple Ukrainien qui se bat contre son oligarchie et contre l’invasion russe de son pays.

    Les malheureux paysans et ouvriers français envoyés au massacre sur le front des Ardennes et pour « reprendre » l’Alsace lorraine, ne se battaient-ils pas alors eux aussi pour libérer leur pays de l’occupation allemande ? Ils pouvaient certes le croire. Beaucoup l’ont cru. Ils n’en furent pas moins la chair à canon d’une guerre impérialiste qui opposait les maitres de mines et de forges de nos deux pays. Ils croyaient se battre pour la liberté et contre l’occupation allemande de leur pays, ils se battaient pour De Wendel et De Rothschild.

    La guerre, disaient alors les Zimmerwaldiens, est une guerre impérialiste, et la lutte contre la guerre impérialiste commence par la lutte pour la défaite de son propre impérialisme ajoutaient Lénine et Zinoviev. C’est à cette aune que l’on juge de la sincérité de l’engagement antiguerre.

    Mais objecte Claude, l’Ukraine n’est pas un pays impérialiste.
    Soit ! Mais l’Ukraine est un pays capitaliste dans lequel la classe ouvrière n’est pas aux commandes mais assujettie au pouvoir d’une oligarchie mafieuse et corrompue. La politique de l’Ukraine et son positionnement international qui a généré le conflit actuel, est le résultat de la politique de cette classe captieuse et avide Les ouvriers ukrainiens doivent-ils se battre pour la défense des intérêts de celle-ci ? Ne sont-ils pas tout comme nos poilus d’antan les victimes d’un combat qui ne les concerne pas ?

    Mais il y a plus ; Claude dit que l’Ukraine n’est pas un pays impérialiste ; Eh bien c’est faux. L’UE veut absorber l’Ukraine et l’OTAN l’assujettir. Si la classe des oligarques ukrainiens aux commandes ne peut effectivement pas être caractérisée d’impérialiste, il apparait qu’elle n’est en fait qu’un vassal de l’Empire d’Occident, et que les motivations de sa lutte avec la Russie, de son point de vue, sont des motivations impérialistes qu’elle partage avec ses maitres.

    Cette lutte ne concerne pas la classe ouvrière ukrainienne qui doit pour se battre contre ses oligarques se battre pour la défaite de son propre impérialisme Américano/occidental.

    Pourquoi Claude s’est-il fourvoyé ?
    Par ce qu’il est parti d’un préalable faux. Alors que tout un chacun reconnait bien volontiers aujourd’hui que les évènements du Maïdan en 2014 furent un coup d’Etat par lequel les USA instrumentalisant les ligues ukrainiennes russophobes d’extrême droite, c’est inféodé le gouvernement de l’Ukraine, Claude lui s’obstine à ne voir dans cet épisode qu’une mobilisation populaire pour se dégager de la domination russe.

    Cette considération préalable a pour effet d’occulter totalement l’implication des USA et de l’UE. De ce fait, si l’on en croit Claude, la classe ouvrière ukrainienne mènerait une guerre « de libération nationale », c’est-à-dire une guerre « juste » qu’il faut soutenir.

    Claude s’est en fait débarrassé de la sorte, totalement de la question de l’impérialisme qui n’est plus acteur de l’Histoire mais simple spectateur. Alors bien entendu cela change tout. Mais le point de vue de classe ne se résume pas à la seule question de la relation travail capital, elle se prolonge dans les rapports internationaux entre nations dominantes et nations dominées. Si bien qu’occulter la question de l’impérialisme c’est produire un point de vue de classe tronqué.

    Attention Claude, je ne t’en tiendrai pas rigueur, j’ai trop d’amitié pour toi, mais tu as dérapé. Ne vois-tu pas que de la sorte tu as embrassé le point de vue de l’impérialisme dominant et qu’ainsi au lieu de te battre contre la guerre impérialiste tu la justifie ?
    En toute amitié mon camarade. Je t'embrasse.



    Victor.

    « lavoiedessansvoix.fr » Vendredi 26 janvier 2024.
  • bouton partage