• bouton partage

  • IL FAUT ARRÊTER ZELENSKY

    IL FAUT ARRÊTER ZELENSKY

    Le conflit actuel au centre de l’Europe est en vérité une guerre USA/Russie dont l’Ukraine n’est que le théâtre d’opération.

    L’Histoire à cédé en héritage à cette nation écartelée entre ses marâtres voisines l’existence d’un courant ultra nationaliste russophobe qui affiche son lien historique avec le nazisme.

    Les puissances impérialistes occidentales ont instrumentalisé cette réalité en poussant l’extrême droite Ukrainienne au pouvoir avec le coup d’état du Maïdan en 2014 afin d’arracher l’Ukraine à l’ascendance russe, rapprocher le dispositif militaire de l’OTAN des frontières de la « Fédération de Russie », s’installer même dans les ports ukrainiens de la mer Noire, en Crimée, et pourquoi pas aussi en mer d’Azov ?

    L’Ukraine est leur otage, l’extrême droite ukrainienne est leur instrument et Zelinsky leur pion.

    Les arcanes de l’Histoire en ont décidé ainsi, propulser un clown à la tête d’une grande nation européenne. Sa tête n’a pas tardé à enfler. Porté par le soutien politique, l’argent, les armes et les mercenaires des puissances occidentales, le voilà Généralissime. Plus audacieux qu’Hitler ou que Napoléon, il viendra à bout, il en est sûr, de l’Empire du froid. Zelinski aspire-t-il à s’inscrire dans l’Histoire, dont plus personne ne pourra témoigner d’ailleurs, en mettant le feu nucléaire à la planète ? Rêve prométhéen de fou à lier que celui d’être à l’égal de Dieu le maitre de l’Apocalypse.

    Il y avait eu, voilà plusieurs semaines les provocations que constituaient les bombardements de la centrale nucléaire de Zaporijiia. Personne n’a cru bien sûr que les russes étaient assez bêtes pour se tirer dessus. Voilà à présent qu’un missile de la défense anti aérienne ukrainienne, de fabrication « russe », s’abat sur le sol polonais, territoire de l’OTAN, tuant deux personnes. De quoi provoquer une escalade apocalyptique transformant le conflit ukrainien encore localisé en guerre mondiale.

    Chacun l’a bien compris, il ne s’est pas agi là « de la chute accidentelle » d’un missile mais bien d’une provocation délibérée. Ceux qui s’en sont rendus coupables sont des fous dangereux qu’il conviendrait de camisoler sans attendre. Certes la provoc a fait long feu. Ni les polonais ni les dirigeants de l’OTAN Personne n’a cru cette fois encore à la culpabilité des russes. Mais si ce n’est pas les russes, qui donc que c’est ? Zelinsky est en quelque sorte démasqué. Vont-ils s’en saisir et le mettre aux arrêts ? Pas le moins du monde pourtant. C’est que ce « malade » leur sert. Ils ont encore besoin de lui pour poursuivre leur guerre d’usure contre la Russie. Alors bien qu’ils sachent que cet homme est dangereux pour la sécurité du monde ils le ménage tout de même. Se faisant ils assument pleinement le risque qu’une prochaine nouvelle provocation, ne déclenche une apocalypse, au péril de dizaines ou peut-être même centaines de millions d’êtres humains si ce n’est de l’humanité toute entière. Lourde responsabilité.

    C’est un « jeu » dangereux que de laisser un fou aux manettes d’un état en guerre. Celui-ci ne s’arrêtera pas là si on ne l’arrête. Des provocations il en commanditera d’autres. Il y en a d’ailleurs déjà une autre. Le coup du missile russe en territoire Polonais (OTAN) a foiré, il fait immédiatement bombarder à nouveau la centrale nucléaire de Zaporijiia.

    Or, comme à chaque fois les autorités occidentales (politiques, diplomatiques, militaires (OTAN), ONU, AIEA, si elles alertent certes du danger, que nul ignare n’ignore, s’obstinent à ne pas vouloir désigner clairement le coupable. Serait-ce parce qu’en désignant Zelinsky elles se désigneraient elles même qui le parrainent ?

    Il y a pourtant un véritable moyen d’éviter le danger, en désignant clairement le vrai coupable. Car bien entendu, ceux qui oserait l’identifier aux yeux du monde et le désigner nommément, n’aurait plus dès lors d’autre choix que de le mettre sans tarder hors d’état de nuire.



    Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr » Mardi 22 novembre 2022.
  • bouton partage