• bouton partage

  • DISCOURS SUR LA BONNE MANIÈRE D’INTERPELER LES ÉLUS

    DISCOURS SUR LA BONNE MANIÈRE D’INTERPELER LES ÉLUS


    Depuis deux années entières que ce gouvernement de psychopathes gouverne par la terreur et le mensonge sanitaire, « les citoyens libres du Lochois » n’ont cessé de s’adresser à la population, pour lui apporter des informations alternatives, tenter de la rassurer, la mettre en garde contre les buts inavoués de cette manipulation de masse. C’est par cette action permanente, inscrite dans la durée, sans défaillance ! qu’ils se sont qualifiés comme une force citoyenne locale et fiable.

    Après une manifestation initiale devant la mairie de Dolus le sec (21/10/2021) pour protester contre la suspension de la médecin libérale de cette commune, de nombreux patients s’étant manifesté un comité de soutien aux soignants suspendus a immédiatement été créé. C’est une grande chose et nous remercions toutes ces femmes et tous ces hommes qui avec leur comité disent haut et fort, « On veut garder notre Médecin » vaccinée ou pas, cela n’a pas d’importance ».

    Et puis, nous avons vu aussi que le comité de soutien aux soignants suspendus s’était rapproché des « élus » afin de solliciter une prise de position de leur part, pour le rétablissement des médecins suspendus de Dolus et Chambourg sur Indre (autre commune affectée par la suspension d’un médecin). Nous avons pris connaissance des réponses atterrantes, de ces personnages.

    Elle est Effarante en effet, la réponse de Madame Sophie Métadier nouvellement si mal élue à la députation laquelle a voté pour le texte de la loi du 5 août 2021 préconisant, parmi d'autres mesures, la suspension des personnels soignants non-vaccinés.

    « Nous avons évoqué (avec le comité) dit-elle, le problème de l'absence de médecins dans ces deux communes limitrophes et j'ai bien conscience que de très nombreux patients se retrouvent sans médecin traitant » « Les patients ne sont pas responsables des prises de position de leurs médecins »

    N’est-ce pas dire que ce sont les médecins qui ont tort ?

    Mme Métadier s’inquiète donc, un peu tard, peut-être pour des raisons électorales, des conséquences néfastes de ses actes sur « LES PATIENTS », mais elle renvoie les médecins non vaccinés dans les cordes, à l’application de la LOI. Elle n’exige pas le rétablissement des médecins mais leur remplacement.

    Qu’est que c’est donc que ces gens qui s’estime fondés à disposer de la sorte des libertés, du jugement et de la vie d’autrui ?

    Terrifiante ! La réponse de Monsieur Pierre Louault qui traine ses guêtres depuis 4 ans sous les ors du palais du Luxembourg : qui, comme la députée Métadier, a voté pour le texte de loi du 5 août dernier, qui lui aussi botte en touche et écrit à l’ARS NON pour protester contre les suspensions mais pour s’inquiéter du seul sort des patients ; NON pour exiger la suspension, des suspensions mais pour réclamer le remplacement des médecins suspendus. « Les patients ne sont pas responsables des prises de position de leurs médecins traitants », exactement la même phrase que Sophie. Comme ils sont raccord, ne trouvez-vous pas ? Auraient-ils été « Briffés » en avance par quelques comités gouvernementaux ? Et Pierre de se saisir du marteau de la loi pour asséner un grand coup : « la position des médecins suspendus n'est pas défendable »

    Ce qui est indéfendable, et une honte pour la démocratie et pour la France, Monsieur le Sénateur, c’est que des élus français puissent voter et défendre sans rougir de pareilles lois.

    Qu’est-ce cette loi en effet à laquelle se réfèrent vos idylles ? C’est une loi qui contrevient à l’exercice de la liberté, la plus élémentaire, la plus fondamentale, la moins négociable, et aussi la plus sacrée : celle de la propriété et de la libre disposition de vos corps et de votre santé. C’est une loi qui rend l’État propriétaire des corps et de la santé de ses citoyens, qui transforme les citoyens en « sujets » et les êtres humains en cheptel. C’est une horrible, une terrible loi totalitaire.

    Madame et Monsieur les « élus », c’était déjà une faute immense à vous d’approuver et de voter pareille loi.

    S’en est une plus grande encore de se retrancher derrière, et d’en exiger l’application

    Il ne convient pas d’appliquer les lois scélérates ! Il ne convient pas d’appliquer les lois iniques. Les lois totalitaires mérites d’être combattues et ce serait votre honneur d’en exiger l’abrogation immédiate.

    Quant à vous, mes amis, lecteurs et citoyens, vous le saviez ! Je sais que vous saviez ! Que par la prière et la sollicitation il n’y avait rien à espérer, de ces « bouffons du roi ». Rien à attendre de bon de ceux-là même qui ont fait le mal, qui votent des deux mains toutes les lois liberticides, et anti-populaires que le gouvernement leur intime l’ordre de voter.

    Est-ce à dire que l’on ne peut rien obtenir jamais de ces gens-là ? Non, pour sûr On ne peut certes exiger d’eux, par la prière, qu’ils accèdent à nos doléances ni qu’ils répondent favorablement à nos sollicitations. Mais on peut cela par la force de la mobilisation populaire, par la manifestation ouverte de l’indignation qu’ils inspirent et de la colère qu’ils suscitent. Oui on peut obtenir d’eux quelque chose en allant les voir, non pour les prier mais pour les sommer, non pour les solliciter mais pour les mettre en demeure, non pour les caresser mais pour leur botter le derrière.

    Alors oui, il faut que se crée partout où cela se présente, de nombreux comités de soutiens aux soignants suspendus afin de faire se manifester et d’organiser la protestation populaire contre les arrêtés « fantastiques » de ce gouvernement ubuesques.

    Mais il faut aller plus loin, il faut aller plus fort.

    Ce gouvernement ne veut rien entendre. Il poursuit quoiqu’il en coûte sa fuite en avant, socialement dévastatrice et politiquement liberticide.

    Il faut se mobiliser pour le stopper ?

    Il faut se mobiliser pour balayer ces ostrogots, pour dégager toute cette classe politique méchante et corrompue. Il faut se mobiliser pour donner le jour à une République nouvelle, fondé sur la valeur travail, la fraternité, l’entraide et le partage. Une République vraiment populaire, vraiment démocratique.

    La voilà la vraie bonne façon de défendre jusqu’au bout, jusqu’à la victoire, jusqu’à la restauration dans leurs droits et leurs libertés tous nos soignants suspendus.

    Le voilà le chemin que les citoyens libres et GJ du lochois vous propose de suivre avec eux. La voilà la perspective enthousiasmante que nous vous invitons à venir défendre avec nous.



    20 novembre 2021.
  • bouton partage