• bouton partage

  • S’ORGANISER C’est le nouvel ordre du jour

    S’ORGANISER

    C’est le nouvel ordre du jour

    Nous avons manifesté encore ce samedi 9 octobre. Nous avons manifesté pour nous retrouver, nous conforter, nous faire voir et nous faire entendre, malgré le silence menteur des médias. Pour réaffirmer notre détermination. Nous avons besoin de cela. La manifestation est la lave du mouvement, c’est elle qui appelle les citoyens à se regrouper, les partisans à résister et les résistants à combattre.

    Certes le gouvernement fait la sourde oreille. Prétend par cette méthode démontrer l’inutilité de notre mobilisation et attendre que la vague de notre colère se perde dans les sables de son dédain.

    C’est un mauvais calcul.

    Notre indignation n’a d’égale que notre courroux. Il ne s’agit pas là d’une ire momentanée. Elle a des causes et des justifications profondes et pérennes. Elle ne finira que lorsque nous aurons recouvrer nos chères libertés et notre dignité.

    Ce gouvernement a décidé d’imposer à notre société un régime totalitaire et dictatorial. Pas d’illusions, je vous prie ! Pourquoi voudriez-vous que tout à coup sensible à nos plaintes dont il se contrefout depuis si longtemps, celui-ci change de ligne ? Il ne s’arrêtera pas à mi-chemin, Ce gouvernement n’est ni à attendrir ni à convaincre, il est à vaincre et à abattre.

    Il faut se mobiliser plus fort encore et à cette étape cela signifie en premier lieu s’organiser, rejoindre par milliers les collectifs existants, en créer des milliers d’autres, et fédérer tous ceux-là dans un vaste et unique mouvement citoyen de défense des libertés.

    Certes, direz-vous, des gens par milliers, par dizaines de milliers, souffrent au présent des exactions et des crimes de ces tyrans. Des milliers de soignants, de pompiers, de militaires, sont suspendus de leur emploi, sans salaire, sans moyens de subsistance. Fut-elle certaine, ils ne peuvent attendre, plusieurs mois ou quelques années la victoire du peuple sur les tyrans. Il faut les secourir immédiatement. Il faut les conforter dans leur refus, il faut les aider à résister. Non, cette solidarité-là ne sera pas un acte passif, elle sera au contraire le premier acte de notre contre-offensive. Le socle fondateur de notre résistance.

    Certes, nous-mêmes, nous tous, impactés par les mesures liberticides, qui ne pouvons plus accéder librement à la plupart des lieux et service vitaux, nous les « cagots » des temps modernes, avons besoin de nous organiser pour créer les circuits parallèles nécessaires à notre subsistance qui est la condition première et indispensable de notre résistance.

    Pour autant, nous n’allons pas « ad vitam aeternam » vivre en marge de la société. Nous n’allons pas nous terrer dans des trous comme des lapins. Nous n’allons pas nous « mormoniser » ?

    Dans nos trous ou dans nos réserves nous ne serions d’ailleurs pas protégés pour autant. A la fin ils lâcheraient des furets pour nous déloger de nos terriers où ils viendraient nous y gazer.

    Non nous ne devons pas nous réfugier aux limbes de la société. C’est la société qu’ils nous imposent qui est malade, malsaine et totalement inacceptable. Inacceptable, non pour nous seuls, mais pour tous les citoyens du monde. Nous ne sommes que les premiers bataillons éveillés d’un grand peuple qui déferlera bientôt comme un tsunami sur l’horrible société qu’ils nous ont concoctée. Ce n’est pas à nous de nous cacher, c’est à cette société-là de disparaitre.

    Nous en ferons une autre fondée sur le travail l’entr’aide et la fraternité.

    C’est pour cela aussi, et surtout, que nous devons nous organiser. C’est pour cela que notre nouvel ordre du jour est : S’ORGANISER !

    S’organiser pour abattre ce régime dictatorial et chasser le dictateur,

    S’organiser pour élaborer ensemble les règles et les structures d’une nouvelle société vraiment humaine.



    Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr » Samedi 9 octobre 2021.
  • bouton partage