• bouton partage

  • LES RAVAGES DE LA CORRUPTION DÉPASSENT LARGEMENT CEUX DE L’ALCOOLISME (Réponse à Marlène Schiappa et Eric Dupont Moretti)

    LES RAVAGES DE LA CORRUPTION DÉPASSENT LARGEMENT CEUX DE L’ALCOOLISME

    (Réponse à Marlène Schiappa et Eric Dupont Moretti)

    Marlène Schiappa « Ministre délégué chargé de la citoyenneté » et Eric Dupont-Moretti « Garde des sceaux, Ministre de la justice » ont eu la malencontreuse idée de réagir aux propos de Jean-Marie Bigard.

    Celui-ci a fait un parallèle entre la discrimination des citoyens qu’induit le pass sanitaire et cette autre discrimination qui fut imposé aux juifs dans de nombreux pays d’Europe durant la deuxième guerre mondiale.

    Alors Schiappa et Dupont-Dupont Moretti jouent les imbéciles. Ils font semblant de comprendre que JMB fait un parallèle entre l’étoile jaune et le pass sanitaire. Mais l’étoile jaune d’aujourd’hui ne s’applique pas à ceux qui accepte le pass, mais à ceux qui le refusent avec le vaccin. Certains citoyens qui ne pourront plus se rendre librement où ils le désirent où en ont besoin et qui seront « discriminés ». Les hauts cris des seconds couteaux du pouvoir politique ne peuvent rien changer à cette réalité que la discrimination entre les citoyens est une négation des droits élémentaires de l’homme et même « un crime contre l’humanité ». Et que telle discrimination en vaut bien une autre et qu’à cette raison la comparaison entre la discrimination antisémite et celle des citoyens qui refusent le vaccin est tout à fait judicieuse.

    Pour ma part je suis non seulement d’accord avec lui, mais que Jean-Marie veuille m’en excuser je l’avais même devancé en confectionnant moi-même il y a deux mois déjà ma propre mon étoile jaune de « non vacciné ».

    Marlène Schiappa et Dupont-Moretti sont deux personnages prétentieux qui se croient plus savants, cultivés et bien éduqués, que ne laissent voir les apparences..

    Marlène «pense que dans la vie publique et dans la vie politique, chacun se grandirait à ne pas faire usage d'insulte». C’est probablement pourquoi elle affirmait ce mercredi 26 mai sur Franceinfo que de tels propos «illustrent les ravages de l'alcoolisme»: «On a manifestement quelqu'un qui n'est pas dans un état normal et qui prononce des propos absolument honteux et scandaleux. » Parce que serait-ce çà la politesse, de répondre à quelqu’un, parce que ses propos vous choque, qu’il n’est pas dans son état normal, qu’il est « ravagé par l’alcool » ? Ne sont-ce pas là des injures aussi qui valent bien les « gros-mots » de Jean-Marie ?

    Eric, qui répondait au «Quotidien», sur TMC, juge «atterrant» les propos de Jean-Marie Bigard. Ce serait des « insanités » « Comment, quand on est un humoriste qui ne fait plus rire personne, on peut utiliser sa notoriété pour dire des conneries pareilles ?» Parce que ce ne sont pas des insultes ça, de traiter de « conneries » les propos d’autrui, et de se révéler gratuitement « méchant » en affirmant, ce qui est au demeurant une contre vérité, que Jean-Marie Bigard est un humoriste qui ne fait plus rire personne.

    Vous voyez, ces seconds couteux, ces « grognards » d’Emmanuel Macron 1er qui montent au créneau médiatique pour agonir un contradicteur, ils n’ont pour argument que l’invective et l’insulte.

    Et la menace bien sûr (puisque ce sont eux qui sont « du côté du manche), celle des « foudres de la loi » aussi : « Les insultes, les menaces de mort, les menaces de viol, tout cela c'est condamnable par la loi», » disent-ils « à comprenne qui pourra ».

    Et la menace de la censure en sus, le « syndrome de Dieudonné » :« Moi, ce qui m'étonne, c'est qu'on offre une tribune à ce personnage et qu'on l'invite dans des rassemblements à s'exprimer de la sorte. » Ce qui signifie : A l’expression de ton indignation nous n’avons rien à répondre qui tiennent la route, alors à défaut on va te la faire fermer ta grande gueule.

    Madame Alexandra Henrion Caude a certes été embarrassé par le flot d’imprécations qu’ont suscité les propos de Jean-Marie Bigard.et dont elle a été assaillie. Qu’elle ne s’en formalise pas trop. Il ne s’agit là que d’une entreprise de déstabilisation des oppositions, une de plus, conduite par les janissaires de la dictature sanitaire. Les propos de Bigard, qui ne sont en vérité ni si terribles ni si faux que cela, leur servent de prétexte. Ils ont cru déceler là une faiblesse dans l’armure de Jeanne d’Arc.

    Ces « Ostrogots » nous venons de le voir répondent aux injures et aux gros mots par l’insulte et par l’outrance. Se voulant « redresseurs de torts ils choient immédiatement dans l’ignominie et dans la fange. Comment cela s’explique-t-il ? Ne serait-ce pas parce que les effets corrupteurs du pouvoir et de l’argent surpassent en conséquences délétères ceux supposés de l’alcoolisme ?

    Alors non ! Ne culpabilisons pas, ne jetons pas de pierre à Jean-Marie Bigard, Face à l’outrance de ces gens, qui ont pour mission de justifier l’injustifiable, de couvrir avec des phrases les exactions d’une politique criminelle, malgré sa forte gueule ses gros mots et insultes, C’est tout de même Jean-Marie Bigard qui a raison. Et c’est lui que nous devons excuser pour ses écarts de langage qui ne sont que les manifestations d’une légitime colère.


    Patrick Seignon. « lavoiedessansvois.fr ». Dimanche 30 mai 2021.
  • bouton partage