• bouton partage

  • LE DANGER DE LA C.G.T. (Après l’agression du 1er mai contre la CGT.)

    LE DANGER DE LA C.G.T.

    (Après l’agression du 1er mai contre la CGT.)


    2 - UNE STRATÉGIE SUICIDAIRE

    Une des arguties avec lesquelles la CGT – Mais elle n’est pas la seule cela est vrai de la quasi-totalité des syndicats et formations politiques identifiées à gauche - justifie sa dérobade face à la dictature sanitaire, c’est que ceux qui la contestent sont les « complotistes », les « populistes (Trump, Bolsonaro), des gens et mouvements de droite, voire d’extrême droite. Alors certes, il est vrai que Florian Phillipot ou Nicolas Dupont Aignan, voire même Philippe Devilliers se sont en France inscrits au nombre des défenseurs des libertés. Mais est-ce vraiment gênant ? N’est-ce pas au contraire une fort bonne nouvelle ? Bien sûr que c’est une bonne chose. Pour ma part Je préfère tout de même les « gens de droite » qui défendent les libertés aux gens de droite qui les attaquent. Si les syndicats et les partis « de gauche » s’inscrivaient dans cette lutte, comme ça se devrait, elle ne serait plus l’exclusivité de la droite. En effet, la seule chose vraiment choquante en cette affaire, ce n’est pas que des gens ou mouvances de droite défendent nos libertés, c’est que « La Gauche » ne les défendent pas. C’est que le mouvement syndical et les partis qui se disent de gauche, dont la défense des libertés était jusque-là une préoccupation essentielle, abandonnent celle-ci à la droite.

    Le plus que probable duel Macron/Le Pen au second tour des élection présidentielles de 2022 (si elles ont lieu*), les obsèdes et perverti leur jugement. Que fera dans ce cas le candidat de Gauche disqualifié qui ne sera pas présent au second tour ? Que feront le Parti Communiste, le Parti Socialiste, la CFDT et la CGT ? Je vous le donne en mille. Le sort en est scellé d’avance. Pour « faire barrage à Marine Le Pen. Ils appelleront à voter Macron (ou Phillipe son alter égo pour le cas où le précédent aurait déclaré forfait), Cette politique est plus que folle, elle est carrément suicidaire.

    Face au « danger » que présente à leur sens l’élection éventuelle de Madame Le Ren, cette stratégie mortifère qui a pour effet de tuer l’espérance populaire et la volonté politique de changer les bases du monde, apparaitra plus que jamais comme une trahison à l’écrasante majorité des français qui souffrent de la politique de Macron et auxquels il ne peut arriver rien de pire.

    C’est son paradoxe, cette politique qui se croit sage et modérée est la pire des politiques, car elle creuse un peu plus le sillon qui conduira Marine Le Pen à la magistrature suprême. De plus en plus nombreux en effet sont les électeurs français qui affirment ouvertement qu’en cas de duel Macron/Le Ren au second tour des élections présidentielle de 2022, ils ne se contenteront pas de s’abstenir comme ils le firent en 2017 mais iront voter Marine pour se débarrasser de Macron.

    Le seul moyen d’éviter encore la prochaine victoire de Madame Le Pen c’est de mobiliser largement le peuple dans le rejet de la dictature sanitaire du capitalisme financier incarné par Macron, pour la défense des libertés démocratiques individuelles et collectives. C’est et d’inventer un nouveau modèle social économique et institutionnel, vraiment démocratique, fondé sur la valeur travail le partage et la solidarité.

    Mais vous le savez bien, il n’est de pire sourd que celui qui ne veut point entendre.

    Je tire encore une fois la sonnette d’alarme ici. Mais je ne me fais guère d’illusion sur le fait que ma voix de nain » puisse être entendu.

    Je réitère mon avertissement d’hier : « La passivité actuelle de la grande majorité des gens ne présage en rien des sentiments réels qui les animent, ni de celui qui s’accumule contre les pouvoirs et leurs auxiliaires volontaires ou involontaires. En adoptant ce cours la CGT s’expose aux pires dangers."

    Gare ! L’attaque fascisante du premier mai 2021 est une « alerte rouge ». En poursuivant sur cette voie du renoncement au combat pour les libertés et contre la dictature, la CGT s’expose aux pires dangers. Il pourrait en aller de son existence même si celle-ci qui est l’âme du mouvement syndical français ne s’avisait pas de se ressaisir sans tarder, de faire une introspection, et d’adopter un cours nouveau conforme aux intérêts et aux attentes vraies du monde du travail.


    Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Mercredi 13 mai 2021.
  • bouton partage