• bouton partage

  • LETTRE OUVERTE A OLIVIER GENDRON DE LA CGT.

    LETTRE OUVERTE A OLIVIER GENDRON DE LA CGT.


    Cher camarade,

    C’est bien sûr avec plaisir que j’ai reçu comme tous les cheminots retraités adhérents de la CGT, la « lettre aux syndiqués » que tu nous as adressé.

    Si je suis bien entendu en parfait accord avec tous tes constats que tu fais tant sur la situation générale : « 3ème guerre mondiale sociale », que sur la situation propre au transport ferroviaire et à l’entreprise SNCF : « Transfert à la route du trafic fret », attaques contre le statut et les avantages « acquis » des cheminots, je ne puis que m’étonner qu’ayant au tout début de cette lettre évoqué la situation sanitaire, tu n’éprouves pas le besoin de dénoncer la dramatisation qui en a été faites par le gouvernement afin de justifier sa politique antisociale et liberticide.

    Or, quiconque refuse de discuter cet aspect de la question, parce qu’il valide de fait les fondements de la « terreur sanitaire » qui a été instauré, se met dans l’impossibilité d’en appeler à la mobilisation populaire avec quelques chances de succès. On ne peut pas en effet justifier (et ne pas la dénoncer c’est la justifie), la dramatisation de la situation sanitaire faite par les pouvoir public et dénoncer les politiques qui en découlent même si elles sont fausses. Car ceux qui nous entendent, tant qu’ils ont peur du Covid, ne sont pas prêts à nous écouter.

    C’est pourquoi je trouve singulier que vous appeliez dans ce contexte qui nécessite une vaste mobilisation générale de tous pour la défense des libertés fondamentales, à des mobilisations professionnelles et catégorielles. Le sentiment que l’on en retire, c’est que vous tentez d’occuper le terrain de la contestation afin que l’on ne puisse pas vous reprocher de n’avoir rien fait, mais en dévoyant la colère des véritables sujets qui devraient être les siens.

    Comment donc, dis-moi un peu cher camarade, comptes-tu, comptez-vous vous y prendre pour défendre les revendications des cheminots et retraités quand les libertés fondamentales les plus élémentaires nous sont confisquées. Vous appelez à un rassemblement/pétition le 8 avril, dans le temps même où le gouvernement interdit les rassemblements en extérieurs de plus de 6 personnes.

    Il m’apparaitrait plus judicieux de jeter, avec d’autres forces, toutes les forces qui nous restent, dans la bataille pour les libertés contre la dictature sanitaire.

    Avec mes amitiés syndicalistes.

    Vendredi 25 mars 2021.
    Patrick Seignon. Cheminot CGT retraité (conducteur)

  • bouton partage