• bouton partage

  • AUJOURD’HUI A LA TELE : « JEAN SE VACCINE » (D’après l’œuvre de Marilène Chiabas)

    AUJOURD’HUI A LA TELE :

    « JEAN SE VACCINE »

    (D’après l’œuvre de Marilène Chiabas)[



    Ce sera le premier épisode d’une série nouvelle lancée à grand fracas. L’auteureu Marilène Chiabas, l’avoue bien humblement, grande lectrice des « Claudine » lorsqu’elle était toute jeune fille, elle a été marquée par l’œuvre de Colette. Son personnage central à elle est masculin, mais en appelant sa série Jean… (« Jean se vaccine », « Jean….., » etc) elle a voulu faire un clin d’œil à soneu* auteureu préférée.

    Bon vous l’avez compris, il s’agit d’une œuvre de fiction et toutes ressemblance avec des personnages existants serait fortuite et tout à fait indépendantes des intentions de l’auteureu.

    Résumé du premier épisode. Jean a cinquante-cinq ans. Il est le Grand Vizir d’une contrée appelée Francique » sur la quelle règne le Calife Izamuel 1er.

    Izamuel a passé un accord avec des laboratoires pharmaceutiques qui veulent vacciner 60 % au moins de la population de son royaume. S’il les aide à atteindre cet objectif il touchera une « rétro-commission » de 5 millions, plus 1% supplémentaire sur le chiffre d’affaire réalisé par ses potes, s’ils dépassent ce seuil d’au moins 10%. Or de méchants professeurs qui se prétendent incorruptibles risquent de faire capoter cette juteuse affaire en semant le doute dans la population à propos de l’efficacité ou des dangers supposés des vaccins. Alors Izamuel a dit à Jean : Tu dois donner l’exemple Jean,

    - Que voulez-vous que je fasse pour votre service mon seigneur ? A répondu Jean.
    - Que tu donnes de ta personne Jean.

    - Comment ça, devrais-je me vêtir d’une peau de bouc et me mettre à poil sur un plateau de télévision avec écrit sur mon large poitrail : « Pour me protéger vaccinez-vous ? »

    - Non, pas ça Jean, ce serait contre-productif, mais que tu donnes l’exemple, que tu te fasses vacciner toi-même en grand spectacle, devant toutes les caméras du pays.

    - Me vacciner moi, mais vous n’y songez pas sérieusement mon seigneur ? Primo, je ne suis pas malade, deusio si l’on suit le protocole du professeur Raoul cette maladie est la plupart du temps bégnine,

    - Je vois Jean que tu ne connais rien au cinéma. Crois-tu qu’au cinéma chaque fois qu’un acteur meurt d’une maladie ou se fait trucider il meurt vraiment ? La maladie est feinte, la lame du couteau se rétracte dans le manche, la balle est à blanc.

    - A ça y est, je crois que je comprends votre majesté, vous voulez que je me fasse vacciner avec un placebo ?
    - Oui, pourquoi pas. Mais n’oublie pas Jean que tu n’es pas acteur professionnel. Pour convaincre la scène doit paraitre le plus vraisemblable possible. Le mieux et le plus simple serait tout de même que tu sois vraiment vacciné avec Ostra-Zacana.

    - Tertio, j’avais oublié tertio, vous savez bien que c’est dangereux

    - Les thromboses ? Les embolies pulmonaires ? Les caillots ! Ha ! ha ! Mais c’est de la blague ça !

    - Humm ! Pour les autres j’ai confiance, mais moi ?.....

    - Allons Jean ! Sois un peu futé pour une fois. Tu vas convoquer ton médecin personnel dans ton bureau à Tatillon. Il te prescrira pour l’avant-veille ou la veille du tournage des anticoagulants.

    - Ah oui, j’y suis, anticoagulant pour éviter les caillots.
    .
    Bon vous l’avez compris, pour cette fois le vacciné ne mourra pas après l’injection. C’est une série ; Il faut bien garder le héros vivant pour les épisodes suivants.

    Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Vendredi 19 mars 2021.



    *je ne vois pas pourquoi on devrait écrire auteur au féminin en gardant « son » au masculin)
  • bouton partage