• bouton partage

  • LA BALANCE DE MONSIEUR CASTEX

    LA BALANCE DE MONSIEUR CASTEX


    Les vaccins à ARN provoquent de nombreux effets secondaires graves, AVC, paralysies, décés, etc. Les premiers incidents signalés le furent en Norvège et concernaient le vaccin Pfizer.

    « Le 14 janvier, Norway Today, un média norvégien, révélait que l’Agence norvégienne du médicament avait établi un lien entre 13 décès et les effets secondaires du vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. Ces cas avaient particulièrement retenu l'attention des autorités parmi plus de 20 personnes décédés à la suite de l'administration d'une première dose. »

    Sigurd Hortemo, médecin en chef de l’Agence norvégienne du médicament s’était enquit de communiquer sur ces faits.

    Alors, le 18 janvier, retournement de situation. Le ministère norvégien de la Santé a affirmé qu’il n’y avait pas de lien établi entre le vaccin Pfizer/BioNTech et le décès des 13 individus.

    Vous l’avez compris, dans l’intervalle le Ministre norvégien de la santé s’est fait tirer les oreilles : « il ne faut pas parler de ces choses-là » Et depuis, vous l’avez remarqué, tout va très bien dans le "meilleur des mondes". Nul ne pipe mot sur les effets secondaire du vaccin Pfizer. Cela explique peut-être aussi pourquoi les dernières révélations se concentrent sur Astra-Zeneca.

    Cet épisode est révélateur et l’on a tout lieu de penser que depuis, l’information sur les cas graves et décès est largement tronqué, « black-outé ». Refusant d’établir un lien entre l’injection et l’accident de santé qui survient dans les heures qui suivent, il est aisé d’imaginer que nombre de ces cas ne sont ni signalés ni à fortiori répertoriés.

    Bon, mais passons ! Malgré la nausée que cela nous donne, faisons semblant de croire à la bonne foi des autorités de santé et politiques ; Tenons nous en aux seuls cas « suspects » avérés.

    Tous les vaccins, tous les médicaments, disent-il,s ont des effets indésirables. Ce qu’il faut c’est évaluer correctement la balance « bénéfice risque ». Cet argument en l’espèce relève d’un sophisme odieux :
    - Vous contractez une maladie, le Covid pour prendre un exemple tout à fait fortuit (ou une autre, car il parait qu’il en existe encore d’autres) , vous en mourrez, c’est la maladie qui vous a tué.
    - Vous vous faites injecter un vaccin POUR VOUS PROTÉGER, vous en mourrez, c’est le remède sensé vous soigner qui vous tue.
    Vous en convenez, ce n’est pas tout à fait la même chose. On s’incline humblement face à la « létalité » de la maladie, on ne peut qu’être révolté quand c’est le « remède » et le « soignant » qui vous donne la mort. Il n’y a pas de proportionnalité qui tienne, pas de « balance » qui vaille face à cette vérité.

    De nombreux pays suspendent la vaccination Astra-Zeneca. La France s’obstine, Pourquoi ? Parce que la campagne vaccinale bat de l’aile et que le renoncement au vaccin Astra Zeneca la plomberait encore d’avantage. L’argument qu’ils retiennent n’est pas celui du risque, de la suspicion, mais celui de la course au nombre des vaccinés, la réussite, coute que coute, de leur « campagne vaccinale ». Et il est vrai que la reconnaissance des dangers immédiats d’un seul des vaccins impacterait tous les autres au-delà de lui-même.

    Puis la France suspend tout de même, mais pour trois jours seulement. Finalement la directrice de « L'Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé ce jeudi 18 mars que ce vaccin était sûr. La veille, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait aussi recommandé de continuer d’utiliser ce produit indiquant que «les avantages du vaccin d'Astra-Zeneca l'emport[aient] sur ses risques»

    Toujours la même chanson diabolique. Elle a parlé, comme le fait sa sœur de la justice, et comme ceux de sa sœur les « arrêts » de "la balance bénéfices/risques" sont incontestables.

    Imaginez les enfants d’un homme qui au défaut de l’âge se porte somme toute pas si mal, qui insistent pour que leur père que la vieillesse fragilise tout de même, se fasse vacciner, pour le « protéger » disent-ils. Or le « vieux » meurt quelques heures après l’injection. Les carabins » ont beau dire qu’il « faut bien mourir un jour de quelque chose», le docteur Bonnisseur qu’il n’y a aucun lien avéré entre l’injection et le décès, et qu’au vu de la balance « bénéfice/risque, on a tout de même eut raison de le vacciner ( Remarque il a peut-être raison le docteur, il est mort le vieux, il est protégé, il n’attrapera plus jamais le Covid),. je suis sûr pourtant que l’envie viendra alors aux enfants de la faire avaler à tous ses bateleurs leur satané "balance"..

    L’obstination, les arguties, le peu de cas qu’ils font des victimes et de leurs proches, au final, la balance diabolique de Monsieur Castex - ne sera-t-elle pas du plus mauvais effet pour les suites de leur "chère" campagne vaccinale ?

    Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Jeudi 18 mars 2021.


    (Modifié à 10 heures 45)
  • bouton partage