• bouton partage

  • HOMMAGE A PIERRE SEMARD

    HOMMAGE A PIERRE SEMARD


    Cheminot, celle que j’habitais à Paris enjambait la rue Pierre Sémard où était le siège en ce temps de la fédération CGT des cheminots dont il fut le secrétaire, et tout à fait par hasard je suis venu m’installer ici en Touraine non loin du Lieu où il travailla et fut arrêté. Je découvris il y a longtemps la plaque commémorative de l’évènement sur le quai de la gare de loches, et depuis que j’en suis informé je ne manquerai pour rien au monde la petite cérémonie mémorielle qui lui est faite chaque année.

    Je remercie les communistes Lochois d’aujourd’hui de perpétuer la mémoire de leurs combattants d’hier.

    Il convient de souligner, car le fait est insuffisamment connu, que Pierre Sémard qui fut exécuté par les Allemands aux années noires de l’occupation, séjournait alors dans une prison Française dont il fut extrait pour être livré comme otage, par les autorités françaises elles-mêmes, et fusillé pour des faits dans lesquels il ne pouvait avoir aucune espèce de responsabilité puisque incarcéré.

    Nous faisons cette célébration ici, non pas sur le lieu de son exécution, à Evreux, mais sur celui de son arrestation. Or si les allemands auxquels il fut livré l’exécutèrent certes le 7 mars 1942, ce sont des policiers français qui l’avaient appréhendé en Novembre 1939, soit deux ans et demi avant. C’est glaçant de constater comment d’une époque à l’autre des fonctionnaires de police obéissent sans états d’âme aux ordres les plus criminels, les plus insensés ou les plus ubuesques du pouvoir en place. Quels motifs invoqués justifièrent son arrestation ? Une ignoble plainte pour détournement de fonds déposée par ses anciens camarades confédérés qui l’avaient exclu et, surtout, d’infraction au décret de dissolution du parti communiste survenu le 26 septembre 1939 à la suite de la signature du pacte Germano/soviétique. ?

    Pierre Sémard était un syndicaliste et un militant révolutionnaire, comme l’étaient les communistes de ce temps. S’était un défenseur de l’idéal socialiste et des libertés car alors les deux concepts étaient encore indissociables. Et c’est à ces raisons glorieuses que les autorités Françaises, (gouvernement Daladier), le firent incarcérer et « s’en débarrassèrent » en le livrant aux forces d’occupation. .

    Le plus grand hommage que l’on puisse rendre à Pierre, c’est de rester nous-même debout, fiers et inflexibles face à l’adversité pour défendre, aujourd’hui encore où elle est attaqué, la liberté au nom de laquelle il fut supplicié. Le plus grand hommage que l’on puisse rendre à Pierre c’est de ne pas se laisser abuser par les ennemis en marche de la liberté qui avancent à présent masqués et tentent de justifier leurs crimes par de prétendues préoccupations sanitaires.

    Patrick Seignon
    Samedi 6 mars 2021.

  • bouton partage