• bouton partage

  • ads

    jal37

    Politique de confidentialité

    Auteur du sujet: jal37

    Politique de confidentialité - Données personnelles et cookies 1. INTRODUCTION Dans le cadre de son activité commerciale d’éditeur de presse...

    Dernier message par: Carlguart Hier, 16h07 Voir le dernier message
  • CONTRE LA DICTATURE EN MARCHE, CONSTITUER UN FRONT DE DÉFENSE DES LIBERTÉS

    CONTRE LA DICTATURE EN MARCHE, CONSTITUER UN FRONT DE DÉFENSE DES LIBERTÉS

    (Covid 19, la quatrième voie)


    Il existe des traitements « prophylactiques » c’est-à-dire de prévention, le plaquenil bien sûr mais aussi la supplémentation en vitamines D et C, en zinc, etc. qui permettent d’éviter de contracter la maladie.

    Il existe aussi des traitements précoces, hydroxychloroquine, azithromycine, ivermectine, qui prescrits dès les premiers symptômes permettent de guérir en quelques jours une majorité de malades, et ainsi de réduire le nombre des cas graves et l’engorgement des hôpitaux ou des services de réanimation.

    Mais les autorités de santé et notre gouvernement ont interdit le recours à ces traitements et confisqué la liberté de prescrire des médecins.

    Pourquoi ?...
    Parce qu’ils ont voulu exagérer la gravité et la dangerosité de l’épidémie afin de terroriser les populations,
    Parce qu’ils ont voulu interdire toute autre voie de soin afin de démontrer de toute force que le seul salut possible était dans la vaccination.

    Pourquoi ?
    Parce que leur préoccupation n’a jamais été la protection des populations mais la réussite d’une campagne vaccinale la plus massive possible, c’est-à-dire le moyen de « collecter » et drainer, à l’échelle planétaire, plusieurs centaines de milliards d’euros vers les grands labos et le système financier international leur complice.

    Pour atteindre cet objectif mercantiles ils n’ont pas rechigner à priver les peuples de leurs libertés fondamentales, à détruire l’économie et le tissus social, à faire exploser le chômage et la pauvreté, à rendre malades des millions de gens (anxiété, dépression, maladies induites) et d’en pousser quelques dizaines de milliers au suicide.

    C’est dans le but d’atteindre cet objectif qu’ils ont besoin d’entretenir la « terreur », de brimer les gens (obligation du port du masque, distanciations sociales, couvres feu, confinements, etc.) afin que lasses les populations, croyant en finir de la sorte avec l’épidémie et les restrictions des libertés, se soumettent en masse au diktat de la vaccination.

    Mais cela ne finira pas de la sorte.
    L’épidémie de covid 19 s’est présentée comme une aubaine pour les puissances financières et les gouvernements qui dirigent le monde. A cet égard, la campagne vaccinale et l’objectif de drainer grâce à elle des centaines de milliards dans les coffres de la très haute finance, ne constitue qu’un des volets de l’opération qui concerne plus spécifiquement les labos et le système financier. Mais il y a un autre volet à cette affaire, qui intéresse lui, plus spécifiquement la politique et les gouvernements occidentaux. Sous prétexte « d’urgence sanitaire » et profitant de la sidération des populations tétanisées, la plupart de ces derniers, celui de la France en tout premier, se sont engagé dans une attaque, sans précédent historique, contre le tissus social et le niveau de vie des peuples doublé d’une dérive liberticide et totalitaire.

    Ils craignent en effet que la brutalité de leurs agressions, les terribles conséquences sociales et économiques qu’elles vont engendrer, ne suscitent à la fin des révoltes, voire des révolutions. Certains des catastrophes auxquelles ils se proposent d’acculer les peuples, ils sont décidés à ne pas attendre les réactions inévitables de ceux-ci mais à les prévenir, par la privation ou l’encadrement étroit des libertés, l’élaboration d’une législation et de dispositifs répressifs sans précédents.

    Les français peuvent-ils accepter plus longtemps d’être ainsi mal traités, ruinés, précipités dans l’indigence, réduits au chômage et à la misère, privés de leurs libertés fondamentales ? Le temps n’est-il pas venu de s’insurger contre cette entreprise totalitaire ? Oui, sans nul doute. Mais comment s’y prendre ?

    L’action des gouvernements, financière : (vaccins, masques) économique : (destruction du tissus économique populaire, petits commerces, bars et restaurants, promotion du télétravail, du téléenseignement, du e-commerce, de l’ubérisation des métiers) politique : (censure, arsenal liberticide et répressif) s’arc-boute sur la « terreur sanitaire » qui lui sert de prétexte et de justification. Il faut en finir tout d’abord avec la « terreur sanitaire » qui annihile le bon sens et fige l’action. Il faut en revenir à la raison qui libèrera les énergies. Il faut faire valoir une autre approche assagit de la réalité sanitaire qui démasquera les véritables intentions de nos tortionnaires. .

    Des centaines de médecins et scientifiques avaient sugné en septembre 2020 un appel intitulé « Covid 19 : nous ne voulons plus être gouvernés par la peur. ». Plusieurs collectifs de scientifiques, médecins, soignants et citoyens se sont constitués un peu partout en France, pour exiger la fin de se « règne de la peur », la levé définitive de l’état d’urgence sanitaire, la fin des confinements et couvre-feu, l’arrêt de la dérive liberticide. Enfin, plusieurs de ces collectifs se sont regroupés pour lancer « l’appel du 9 janvier, pour la 4eme voie », celle des soins et de la restauration des libertés. La réponse du gouvernement et des autorités sanitaire à cette contestation consiste en mépris, insultes, brimades ou mesures de répression contre des scientifiques et des médecins, en censure généralisée (on ne compte plus le nombre des vidéos supprimées sur You-tube, des pages Facebook interdites, etc.) et en black-out de l’information alternative.

    Pour que cette autre voix de la raison et de la sagesse, qu’ils veulent faire taire à tous prix, puisse se faire entendre tout de même malgré la censure la répression, les manigances et pièges de toute sorte, il faut franchir un pas supplémentaire dans le regroupement des forces alternatives, les constituer en un véritable et large mouvement politique de défense des libertés qui pourra se doter des moyens et outils nécessaires pour venir à bout des obstacles, entraves, et interdits.

    Patrick Seignon. « Lavoiedessansvoix.fr » ; Dimanche 7 février 2021.

  • bouton partage