• bouton partage

  • Lettre aux médecins de France

    Lettre aux médecins de France

    " Mesdames et Messieurs,

    Il y a quelques mois de cela une épidémie nommée « covid 19 » ou « SARS cov 2 », a émergé à Wuhan en Chine et a rapidement pris la dimension d’une pandémie quasi-planétaire. Dès ce moment, les autorités médicales internationales, nationales, et les gouvernements, ont « sur réagi » adoptant des mesures liberticides et lourdement pénalisantes pour la vie économique et sociale.

    A cette étape toutefois il n’était pas anormal, semble-t-il que les avis divergent et que la grande majorité, tant du monde médical que des populations, tétanisés par la crainte d’un virus méconnu, adhèrent aux thèses officielles.

    Mais les mois ont passé et après le pic épidémique de mars avril, les courbes de nouveaux cas déclarés et d’hospitalisations n’ont cessé, fort heureusement, de décroitre. La quasi-totalité des testés positifs sont désormais des « cas asymptomatiques » c’est-à-dire des sujets non malades.

    Or les autorités sanitaires et gouvernementales continuent d’alimenter une campagne médiatique anxiogène, entretenant la peur, dans le dessein de justifier les dispositifs liberticides, et la régression sociale.

    Il devient clair, à ce stade, que le souci de protection des populations n’a plus rien à voir avec les politiques en cours. Celles-ci ont donc, sans nul doute, d’autres motivations, sur lesquelles nous ne nous étendrons pas ici, laissant chacun libre de faire ses propres déductions.

    Le monde médical ne peut pas admettre que son métier, le plus beau du monde, soit ainsi instrumentalisé à d’autres fins que celles de la santé publique. Que ces fins soient d’ordre financier, ou politique, elles sont contraires à l’éthique médicale, et elles insultent ce fameux serment d’Hippocrate que font tous les jeunes médecins lorsqu’ils soutiennent leur thèse de doctorat. Le monde médical, son honneur est en jeu, doit se désolidariser de ces politiques liberticides auxquelles le bon sens populaire a, d'ores et-déjà, donné le nom de « dictature sanitaire ». Les médecins ne peuvent pas, ne doivent pas, servir de caution à de telles entreprises.

    Un certain nombre d’entre vous, parmi les sommités du monde médical et de la recherche scientifique, les Professeurs et médecins, Christian Perronne, Didier.Raoult, Jean-François Toussaint, Laurent Toubiana, Denis Agret, Eve Engerer, Violaine Guérin, Trotta,…) se sont déjà prononcé clairement, chacun selon son domaine, ses compétences, et son style, pour souligner le décalage entre la réalité de la maladie, à ce jour, et la dramatisation officielle. Nous saluons leur courage, nous savons qu’il en faut pour s’opposer à la « dictature en marche ».

    Mesdames et messieurs les médecins, vous avez, dans le contexte actuel, une responsabilité civique particulière. Il est urgent que la conscience médicale générale se fasse entendre, que, par milliers, des médecins comme leurs éminents collègues qui les ont devancés (cela n’implique nullement de partager toutes les thèses de ceux-ci ni la totalité de leurs raisonnement), disent leur opposition à cette dérive autoritaire et liberticide. Que par millier vous exigiez la dissolution du « conseil scientifique » et la fin de cet état d’urgence sanitaire qui n’est qu’un masque de l’état d’urgence politique et social.

    Nous autres, citoyens français attachés à la défense des libertés publiques, qui sommes aussi vos « patients » et mettons bien souvent nos vies entre vos mains, serions ravis que vous défendiez aussi, avec nous, nos libertés fondamentales, les vôtres, sans lesquelles la vie serait un enfer. C’est à cette manifestation citoyenne que les signataires de la présente lettre (dont la liste reste ouverte), souhaitent vous inviter.

    Avec nos remerciements pour votre attention et votre engagement, veuillez croire Mesdames et Messieurs à notre plus haute considération

    11 septembre 2020, Les signataires (dont la liste suit.

    P S : Dans le prolongement de cette initiative, il nous apparait judicieux d’inviter, médecins et signataires à réfléchir à l'organisation d'un mouvement décentralisé et solidement structuré, de défense des libertés démocratiques publiques et individuelles.


    Patrick Seignon (retraité SNCF - Manthelan) Elisabeth Dumont (….. - Loches) Michel Gateau (Technicien froid retraité – Saint-Chamas) Lysiane Lanceleur (Agricultrice retraitée – Saint-Snoch,) Barbara Guzick (Employée. retraitée. Mouzay) Marie-Nicole Suzanne (travailleur-social, retraitée – Loches) Marina Gablin (commercante. Perrusson), Alix Thomas (retraité SNCF), Carine Goffi, ……… Loches), Claude Beaune ‘retraité RATP, Le Liège), Jean-Paul Cruse (Journaliste. Arcachon) Sylvie Adolphe (Bibliothécaire. Loches) Corinne Plet (Descartes) Jolt Plet (descartes) Fabien Lemetre (Loches) Guillaume Stephan (Loches) Bernard Lamy Saint-Cyran) Philippe Lamy (Abville St …..) Véronique Paviet ( 37 640) Sylvie Deneux (Betz le château) Thierry Tournois (Betz le chareau) Michael Hervé (CPE. Loches) Patricia Robert (Beaulieu les Loches) Martin Gruer (Beaulieu les loches) Pierette Dumont (retraitée. Loches) Damien Rosembly (intérimaire. Perrusson) Hemart Marie Christine retraitée Saint Meen le Grand ; Jean-François Delachaise (Musicien) Jean-Yves Poirier (Paysan retraité. Loches)



    NB) Si vous voulez être au nombre des signataires de cette lettre, faites-vous connaitre par mail à patrick.seignon@orange.fr
  • bouton partage