• AEROPORTS DE PARIS (A.D.P.) MOBILISATION GENERALE STOPPONS L’OFFENSIVE DES BARBARES DE L’ULTRA LIBERALISME

      AEROPORTS DE PARIS (A.D.P.) MOBILISATION GENERALE STOPPONS L’OFFENSIVE DES BARBARES DE L’ULTRA LIBERALISME


      Pour le plus grand profit des riches et des actionnaires privés, depuis trois décennies, nos gouvernements se sont jetés avec délectation (et rétro commissions) dans la folle spirale des privatisations. Ils vendent tout : le parc immobilier, les services publics, jusqu’aux écoles. Pour un peu ils vendraient pères et mères. Il est temps de mettre un coup d’arrêt à cette grande braderie des biens collectifs de la nation.



      236 parlementaires, députés et sénateurs, toutes tendances politiques confondues, se sont insurgé contre cette volonté démente et ont décidés de s’opposer à la vente au privé des aéroports de Paris voulu par le gouvernement « Macron/Philippe »,. Pour se faire ils ont demandé la mise en application, pour la première fois dans l’Histoire contemporaine, du « Référendum d’Initiative Partagée » (R.I.P.), un dispositif créé par un amendement du « Congrès » à la constitution de la Vème République (Article 11), en 2008, sous le mandat de Nicolas Sarkozy.



      Il s’agissait alors, prétendument, de mettre un petit grain de sel démocratique dans le fonctionnement autocratique de cette constitution. Nous voilà donc au pied du mur. Voyons si ça marche ? Voyons si réellement le « R.I.P. » apporte un plus démocratique à la constitution « du coup d’État permanent » de 1958, ou si cette disposition n’est en vérité qu’un enfumage supplémentaire, sans la moindre effectivité ?



      Nous sommes rendus à la deuxième étape du processus. Pour que le référendum sollicité par les parlementaires ait lieu, il faut d’abord réussir une pétition réunissant les paraphes de 10 % du corps électoral, soit 4,7 millions de signatures. La barre est haute. Alors le gouvernement et les médias aux ordres, pratiquent la politique de la carpe, jouent le « black-out » de l’information. Certes, parce qu’il y est contraint par la loi, le ministère de l’intérieur a mis en ligne une pétition officielle. Mais il se garde bien de faire la moindre campagne d’information, de lui donner la moindre publicité. Si bien que plusieurs mois déjà après son ouverture, la majorité des Français en ignore l’existence même et à fortiori les enjeux.



      Nous voilà rendus, probablement, approximativement à 1 million de signatures. Le recueil de celles-ci sera clos au 1er Mars 2O2O, il faudrait à cette date en avoir cumulé 4, 7 millions. Alors nous nous posons une question angoissée : Que font les parlementaires qui ont initié la chose pour assurer le succès de leur entreprise ? Car même si la volonté de « black-out » du gouvernement ne fait aucun doute, il ne fait pas moins de doute que par leur volonté ces parlementaires pourraient assurer tout de même un minimum de publicité et de couverture médiatique à leur action.


      A défaut, des centaines, peut-être même des milliers de citoyens, de différents bords politique ou sans, se sont mis à l’œuvre et travaillent à faire connaitre la chose et à recueillir les signatures de leurs concitoyens. C’est ce que font par exemple plusieurs groupes de gilets-jaunes qui à l’instar de celui de Loches en Indre et Loire, tiennent sur le marché si courut de leur petite ville, chaque samedi matin, une table d’information et de signatures. Un technicien informatique recueille en direct sur un ordinateur les signatures de nombreux citoyens en délicatesse avec internet.



      C’est là que réside peut-être la seule chance de succès de cette « pétition dite A.D.P. », dans sa prise en charge par les libres citoyens eux-mêmes. Nous appelons ici tous les « Gilets-Jaunes » mais aussi tous les autres citoyens de quelque bord politique qu’il soient, à multiplier de partout en France, sur les marchés, dans les centres commerciaux, à la porte des usines, dans les hall de gares, au porte à porte, ce genre d’initiatives. En voilà toutes les raisons qui dépassent largement le seul enjeu de la vente programmée des Aéroports de Paris :



      ILS ONT PRIVATISÉ LES SERVICES DE L’EAU, LES TÉLÉCOMS, LA POSTE, l’EDF, ÉCLATÉ LA SNCF, LE STATUT DES CHEMINOTS ET CEUX DES FONCTIONS PUBLIQUES D’ÉTAT ET TERRITORIALE.



      I

      LS ONT DEMENTELÉ NOTRE SECTEUR INDUSTRIEL : SIDERURGIE, CONSTRUCTION NAVALE, AUROMOBILE ?



      VENDU À L’ÉTRANGER DES JOYAUX DE NOTRE INDUSTRIE NATIONALE TEL ALSTOM

      .

      ILS ONT VENDU LES AUTOROUTES AU PRIVÉ POUR QUE DES ACTIONNAIRES S’ENGRAISSENT SUR LE DOS DES AUTOMILISTES ;



      ILS ONT VENDU PLUSIEURS DE NOS JOYAUX IMMOBILIERS (L’Hôtel de la Marine lui-même a failli être vendu) POUR LOGER DES MILIARDAIRES, DES HÔTELS DE LUXE OU DES BUREAUX DE GRANDES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES ;


      I

      NSIDIEUX, ILS PROGRAMMENT UNE AUTHENTIQUE PRIVATISATION RAMPANTE DE L’ENSEIGNEMENT.


      ILS PRIVATISENT JUSQU’AUX « FONCTIONS RÉGALIENNES DE L’ÉTAT », LA POLICE ? LE SYSTÈME CARCÉRAL, LA VERBALISATION ROUTIÈRE…..



      OR, VOILA QU’À PRESENT, MACRON, LE CHAMPION DES BANQUES ET DU CAPITAL VOUDRAIT VENDRE À L’ANCAN LES AÉROPORTS DE PARIS À SES MAIÎTRES COPAINS ET COQUINS.



      CE SONT LA DES BIENS NATIONAUX. C’EST LA PROPRIETE PUBLIQUE DE TOUT LE PEUPLE. ILS NE SAURAIENT APPARTENIR À QUELQUES UNS. NE NOUS LAISSONS PLUS DEPOSSÉDER. DÉFENDONS NOS SERVICES PUBLICS, ET NOS BIENS NATIONAUX COLLECTIFS, EXIGEONS LEUR RENATIONALISATION.



      Dans le contexte actuel, l’opposition à la vente au privé des aéroports de Paris prend ainsi une signification symbolique.


      EN SIGNANT LA PÉTITION CONTRE LA VENTE DES AÉROPORTS DE PARIS POUR LA TENUE D’UN « RÉFERENDUM D’INITIATIVE PARTAGÉE », C’EST PLUS QUE CELA, C’EST À LA SPIRALE FOLLE DES PRIVATISAYIONS QUE VOUS DIREZ VOULOIR METTRE FIN. C’EST À L’ARROGANCE DÉLIRANTE « D’ATTILA/MACRON » QUE VOUS METTREZ UN TERME EN LUI RETOURNANT UN SOUFFLET HISTORIQUE.


      Attention, il existe d'autres pétitions sur le même sujet dont une sur "Chang-org. Celles-ci signalent votre protestation mais n'auront aucun effet sur la convocation d'un référendum. Pour obtenir celui-ci il faut signer la pétition officielle sur le site gouvernemental dont voilà le lien direct:


      https://www.referendum.interieur.gouv.fr › soutien › etape-1

      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». 26 octobre 2019.[/JUSTIFIER]