ALORS, CASSTOI PAUV SARKO


SARKOZY CEST LES SEPTS PLAIES DEGYPTE A LUI TOUT SEUL A prsent, pourtant, il voudrait se prsenter en homme dexprience et en sauveur. Sous son mandat, la dette publique de la France 12OO milliards dEuros soit 64 % du PIB en 2007, cest accrue, de 5OO milliards pour atteindre 1700 milliards, soit 85 % du PIB fin 2011, le nombre officiel des chmeurs, pass sous la barre des 2 millions en novembre 2007 a atteint les environs de 2 millions 900 mille fin 2011, soit presque 1 million de plus approximativement 1000 par jours. 500 000 emplois industriels ont t dtruits. Le dficit de la balance commerciale a quasiment doubl en 4 ans (39 Milliards en 2007, 69,5 en 2011). Dans deux ans - avait-il dit en 2006 - plus personne ne dormira dans la rue , or le nombre des sans-abris, 100 000 semble-t-il, na cess daugmenter sous sa mandature. 25 % des salaris gagnent moins de 750 euros par mois. Les petits boulots ont explos, ainsi que le nombre des Franais vivants en dessous du seuil de pauvret

SARKOZY PROCDE COMME LES INQUISITEURS, CEST POUR SAUVER LES MES QUIL MEURTRIT LES CORPS. Avec un tel bilan, il ose limpudent, nous dire quil veut que les Franais lui renouvellent leur confiance, car il ne veut pas que la France subisse le mme sors que la Grce. Mais ne nous avait-il pas dit que lui-mme (et madame Merkel) avait sauv la Grce ? Sauv la Grce, mais de quoi au juste ? Mais comment ? En laccablant ! En la plongeant pour de longues annes dans la rcession, en ponctionnant dun quart ou plus les salaires et les retraites. Est-ce ainsi quil entend sauver la France ? En affamant les Franais ? Bien sr pas tous, ceux du peuple seulement, lcrasante majorit, pendant que ses potes les plus riches se gavent comme des porcs. Alors non-merci, nous ne tenons pas monsieur, mais pas le moins du monde tre sauv par vous.

Cest pas moi - nous dit-il - cest la faute la crise . Elle a bon dos la crise. Mais soit, admettons cela un instant, la crise est mondiale et nul ne peut rien la crise . Comment, alors, peut-il dire la fois - quil ne peut rien la crise et quil va nous sauver.- comment tout simplement peut-il avoir loutrecuidance de prtendre tre lhomme de la situation lui qui a acquis en cinq ans la rputation sulfureuse de calamit de la France ?

LHOMME QUI ABAISSA LA FRANCE. Notre fire Nation stait, avec la force de dissuasion nuclaire, donne sous la conduite du Gnral de Gaulle, une orientation de politique trangre qui lui assurait un certain rayonnement international. Tous les successeurs du Gnral avaient, avec plus ou moins de bonheur, maintenu grosso modo cette ligne gnrale de notre diplomatie. Sarkozy, lui, a russi sur ce seul point la rupture sous le signe de laquelle il stait fait lire en 2007. Il a dfinitivement liquid lHritage gaulliste. Il a abaiss la France au rle de nation mercenaire et de simple suppltive de la diplomatie anglo-saxonne, nous a acquises de nombreuses inimitis dans le monde entier, arabo-musulman bien sr, mais aussi en Europe de lEst, en Afrique noire, en Asie et mme en Amrique latine. Plusieurs de nos ressortissants ont dj pay de leurs vies ou de leur libert, les errements de cette politique internationale agressive, aventuriste et fourbe. Il a tant dconsidr la diplomatie franaise dans le monde, quil faudra probablement de nombreuses annes et beaucoup defforts pour effacer les stigmates de son passage.

ON AURAIT PU EVITER PAREIL FIASCO si nos institutions avaient prvu le cas de manquement grave la dignit de la fonction prsidentielle, en le congdiant pour faute lourde , ds 2008

Ctait il ya quatre ans seulement, au salon de lagriculture, dans la foule, un homme qui ladmonestait, il fit, devant les camras de tlvision, cette rpartie cinglante et honteuse : Alors, casse toi pauvcon ! . Cette saillie grossire laurait-on pardonne un adolescent ou lune de ces racailles quil se proposait un peu plus tt de karchriser ? Comment la pardonnerait-on au premier magistrat de la rpublique, celui-l mme qui prnait le retour des leons de morale lcole ?

Par cette conduite inqualifiable, Nicolas Sarkozy a plus quabaiss la fonction prsidentielle il la souille, il a mis le rouge au front des Franais et humilie la France. De ce seul fait dj il eut mrit dtre immdiatement dmissionn. Or ce ne fut pas la seule des inconduites que sautorisa lOstrogot. Au Guilvinec avec les ouvriers il la joua sur le ton de lalgarade. Bruxelles, il hurle et insulte Manuel Barroso, prsident de la commission europenne, Lisbonne, au sommet de lOTAN, il injurie les journalistes, il humilie le Mexique avec laffaire Florence Cassez, insulte la Turquie avec la loi de pnalisation mmorielle du gnocide armnien, humilie la Grce et ses dirigeants. Alors, malgr ses frasques, tout de mme parvenu au terme de son mandat par la grce des institutions, nest-il pas temps, puisque loccasion leur en est donne, que les Franais le remercient enfin ? :
Casse-toi donc pauv.Sarko !