• LE TALON D’ACHILLE DE LA POLITIQUE INTERNATIONALE RUSSE

      LE TALON D’ACHILLE DE LA POLITIQUE INTERNATIONALE RUSSE

      Un article paru le 5 mai courant dans « sputniknews », sous la signature de Vitaly Belousov (« Qu’est-ce qui a permis d’éviter des incidents entre la Russie et Israël en Syrie ») signalait que « Moshe Yaalon, ex-ministre israélien de la Défense, a confié à Sputnik que "l’établissement d’une ligne directe entre les militaires israéliens et leurs homologues russes en Syrie servait à éviter les affrontements non souhaités lors des opérations dans ce pays."

      Nous sommes fort aise d’apprendre ce nous savions déjà par l’observation des faits, Israël pouvant à son gré porter des attaques en territoire syrien contre l’armée Syrienne allié de la Russie, sans que cette dernière ne lève le petit doigt. Et si nous ne pouvons condamner tout à fait la volonté d’éviter des incidents inutiles et une plus grande monté des tensions, nous ne pouvons que nous indigner qu’un tel dispositif aboutisse de facto à l’aménagement d’un espace de permissivité pour les menées agressives d’Israël contre la Syrie et contre l’Iran.

      En fait cet aveu un peu niais nous donne l’occasion de cibler le point faible de la politique internationale de la Fédération de Russie et ce qui pourrait bien se révéler être son talon d’Achille.

      Pas plus tard qu’hier, alors que les tensions ne cessent de croitre entre Israël et l’Iran, nous prenons connaissance d’un autre article paru dans « sputniknews » qui tente d’expliquer le sens et le but de la visite du Premier ministre Israélien à Moscou, ce 9 mai, le jour même de la victoire ( ?), et qui pose crument la question « L’Iran ou Israël, la Russie doit-elle choisir ? ».

      La Russie milite pour un monde multipolaire, c’est un pilier de sa politique internationale, elle milite aussi pour le respect des frontières existantes et de la souveraineté des États, s’en est un autre.

      Les États-Unis militent pour leur propre hégémonie planétaire. Ils travaillent activement à redessiner la carte politique du monde à leur bénéfice et tout particulièrement celle du Grand Moyen-Orient en faisant éclater les États existants en une multitude d’États ethniques ou religieux. Et dans ce plan Israël tient une place de choix et un rôle pivot. Non seulement comme allié indéfectible des États-Unis, mais comme le plus grand bénéficiaire de l’opération.

      Avec Jérusalem comme capitale, et la revendication nationale palestinienne éradiquée, ce n’est pas vers la réalisation des « deux États », (Hébreu et Palestinien) selon les anciennes injonctions des résolutions de l’ONU que l’on s’oriente mais vers celle du grand Israël. Le « Grand Israël » puissance régionale stratégique régnant sur le puzzle des anciens États arabes démembrés. Tels était le véritable objectif, atteint celui-là, de l’invasion de l’Irak. Pour assurer la domination régionale d’Israël il ne faut pas laisser subsister de puissance régionale alternative. Tel est l’explication des menées agressives contre l’Iran, dont Israël, aux côté des USA c’est fait le champion et la justification morale (La sécurité d’Israël serait menacée par l’Iran).

      Il est donc impossible à la Russie de poursuivre sa politique de monde multipolaire et de défense des frontières et de la souveraineté des Etats de la région en ménageant Israël. Or, et cela est très inquiétant, c’est ce qu’elle parait vouloir faire en recevant Benyamin Netanyahou le lendemain du retrait américain de l’accord sur le nucléaire Iranien dont Tel-Aviv a été un artisan actif, et le jour même si symbolique du défilé de la victoire où celui-ci figurera à la tribune officielle. On ne peut pas mettre en échec la politique et les manigances américaines en ménageant Israël qui est la pièce essentielle du dispositif américain et en quelque sorte la première de ses manigances. Les attaques Israéliennes contre les alliés non russes de la Syrie sont en vérité des attaques américaines par procuration contre les positions avancées de la Russie.

      Nous avions déjà fait des allusions à cet aspect des choses et devant la terreur que cela nous inspire, avec la multiplication des provocations israélienne dans le sillage de l’attaque de la coalition occidentale depuis le 14 avril, nous avions résolu de le souligner fortement déjà dans notre article (« LA MODÉRATION N’EXCLUE PAS LA FERMETÉ ») 17 avril 2018.où nous écrivions : « Pour autant il ne faut pas se voiler la face, cette volonté Russe de temporiser sera contre-productive si elle devait persister. Encouragés par la réserve de la Russie les agresseurs occidentaux vont nécessairement se trouver confortés dans leur volonté d’abattre le régime légal syrien. En s’abstenant de réagir à la première salve la Russie n’a-t-elle pas signifié qu’il y avait des limites à son soutien à Assad ? C’est tout au moins comme cela que les coalisés occidentaux l’interpréteront. Dans cette modération ils voient une faille à ouvrir d’avantage et exploiter à fond, un point faible du dispositif. Ils renouvelleront leurs attaques, en s’efforçant de garder la Russie « hors-jeu », aussi longtemps que celle-ci ne mettra pas clairement fin à leurs visées. »

      « Maintenir la Russie « hors-jeu », pendant qu’ils égorgent ses alliés, tel est le rôle que s’arroge la politique israélienne à l’égard de la Russie, et tel est le sens de la visite de Monsieur Netanyahou ce jour à Moscou.

      Prétendre combattre la politique internationale hégémonique et agressive des U.S.A. en ménageant son allié stratégique consiste à s’engager dans la voie de la honte et de la capitulation. Si la Russie persévérait dans cette voie celle-ci s’avérerait être pour elle un piège fatal.

      Vladimir Poutine, le Président russe, ne peut pas persister à faire bonne figure quand des chiens de guerre lui lassèrent le fessier.


      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Mercredi 9 mai 2018.
    • Heure Local


      The Widgipedia gallery
      requires Adobe Flash
      Player 7 or higher.

      To view it, click here
      to get the latest
      Adobe Flash Player.
      Get this widget from WidgipediaGet this widget from WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ Widgipedia
    • Partager



      Referencement gratuit
    • Les livres des voix

    • calendrier des voix

      Septembre   2018
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1
      2 3 4 5 6 7 8
      9 10 11 12 13 14 15
      16 17 18 19 20 21 22
      23 24 25 26 27 28 29
      30