• LE NECROPPORTUNISTE

      LE NECROPPORTUNISTE


      Une coupe de football gagné et c’est « la France qui gagne ». Un attentat sanglant à Paris et c’est « l’Union nationale président de la République en tête des manifestions. On se souvient des lamentables pèlerinages de Sarkozy et d’Obama en Afrique du sud, chacun rêvant à son dernier souffle de recueillir l’onction morale de Nelson Mandela.

      Les politiques n’ont aucune limite, aucun scrupules, aucune retenu, aucune pudeur dès lors qu’il s’agit de faire de la« Com », de se faire briller, de se faire valoir, de capter la lumière d’autrui à son bénéfice, d’instrumentaliser sa popularité à leurs fins.

      Johnny Halliday est mort. Il était populaire sans nul doute, au sens « populiste » du mot. Alors les voilà qui se déchainent pour capter son aura à leur profit, faire oublier en honorant « le rocker » l’image d’aristocratie financière qui leur colle à la peau.

      Ah les goujats ! Ah les malotrus Johnny, honoré comme Victor Hugo ? Un autre grand écrivain est mort quelques heures avant l’ex « idole des jeunes », un académicien, « un immortel » mort pourtant, effacé des mémoires en un instant, précipité dans la fosse commune de l’histoire, rayé, éteint, éclipsé par le déchainement médiatique sur la mort de rocker.

      J’ai entendu 3 jours après, sur « France inter » la retransmission d’une interview ancienne de Jean d’Ormesson. Interview que je connaissais d’ailleurs, dans laquelle il disait son admiration pour Louis Aragon et pour Chateaubriand. Oui ! Louis Aragon, le probablement plus grand poète français du 2Oème siècle, …. Louis Aragon le communiste, le stalinien ? ». Sans nul doute l’écrivain le plus adulé par Jean d’Ormesson l’homme de droite qui avait la délicatesse, et surtout l’intelligence, par-delà les engagements politiques de connaitre la qualité de l’œuvre littéraire et poétique. Louis Aragon, je le répète, le probablement plus grand poète français du 20ème siècle, mort le 24 décembre 1982, auquel François Mitterrand, alors Président de la République refusa les hommages de la Nation.

      Mitterrand que d’aucun tenait pour un homme intelligent et ouvert, en refusant les hommages de la Nation à Aragon donna en cette affaire la terrible mesure de sa mesquinerie et de sa bêtise. Macron par sa débilité et l’instrumentalisation indécente de la mort d’autrui, s’est acquis en honorant le Rocker mieux que Victor Hugo l’image dérangeante d’un « nécropportuniste ».

      Vous voyez braves-gens que la fonction n’y fait rien. En accédant à la magistrature suprême les petits hommes ne grandissent pas toujours. Mitterrand, Macron, chacun en son temps et à sa manière a montré ses excès et donné libre cours à sa médiocrité.


      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr » Vendredi 15 décembre 2017.
    • Heure Local


      The Widgipedia gallery
      requires Adobe Flash
      Player 7 or higher.

      To view it, click here
      to get the latest
      Adobe Flash Player.
      Get this widget from WidgipediaGet this widget from WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ Widgipedia
    • Partager



      Referencement gratuit
    • Les livres des voix

    • calendrier des voix

      Janvier   2018
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4 5 6
      7 8 9 10 11 12 13
      14 15 16 17 18 19 20
      21 22 23 24 25 26 27
      28 29 30 31