• SPLEEN

      SPLEEN

      Mes apparitions sur la toile se sont faites rares ces derniers mois, au point que vous pourriez croire à une désertion ou à une capitulation. Il n’en est rien. Je m’en suis déjà excusé précédemment et en ai donné quelques explications. Un « spleen » mortifère me ronge qui m’a contraint à une période d’introspection. Je ressasse mon dégoût, je rumine mes colères, Le temps va venir bientôt où je régurgiterai mes nausées et mes indignations sous la forme d’Odes à la raison et de vibrants appels à la révolte.

      J’ai eu comme tout un chacun plusieurs vies antérieures. Dans la nouvelle, qui a commencé voilà vingt ans, je me suis présenté sur la toile, c’est mon nouveau « statut », un peu immodeste j’en conviens, comme "Chroniqueur, écrivain, poète". Certains réseaux me Harcèlent qui veulent connaitre mes universités et les titres dont je pourrai me prévaloir. Ah, si j’étais « lettré », docteur ou énarque, combien je serai plus respectable, combien de portes s’ouvriraient à moi, combien de micros se tendraient et de studios m’accueilleraient. Dans ce monde guindé où le formatage systématique tient leu de science et de raison, on ignore ou méprise de possibles trésors au fait qu’on ne peut établir de manière fiable leur « traçabilité ». A l’instar de celui de la « grande consommation » on voudrait contraindre le consommateur moderne de science de culture et de pensées à n’accorder « d’intérêt » qu’aux œuvres correctement étiquetées et labellisées : quand c’est « marqué dessus comme le port-salut ».

      Je n’en ai cure.

      Les universités de la vie ne sont-elles pas les meilleures ? Mes titres je les ai acquis par mes lectures l’échange et la méditation mais aussi dans les combats de l’existence.et les épreuves qui sont autant de « contrôle permanents des connaissances ». Ceux qui méprisent ces titres là et qui se croient savants pêchent par vanité, ils n’ont rien retenu ni compris de Voltaire qui a dit "qu’une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien remplie", ni de Rousseau qui a écrit : « Je pense que quand on a une fois l’entendement ouvert par l’habitude de réfléchir, il vaut toujours mieux trouver de soi-même les choses qu’on trouverait dans les livres ; (la nouvelle Eloïse » Lettre XII de Saint-Preux à Julie.)….
      .
      Des évènements qui m’affectent personnellement, dont j’ai eu connaissance hier, et la pluie grise de ce jour me précipitent dans une infinie tristesse. Le vieux pommier a chu sous la bourrasque. Alors il me revient à la mémoire un de mes nombreux textes de jeunesse, perdus (perdue aussi), une chanson écrite sur une mélodie lancinante, probablement dans une semblable période d’accablement.

      Le partage n’est-il pas la plus sûre des médications aux maux qu’engendrent nos réalités sociales. Comme une midinette à « Tournez manège » j’ai besoin de me livrer. J’ai envie de lever un bout du voile tant prisé que porte chaque être et qu’il devrait se garder de n’ôter jamais totalement.

      O ! Ne vous m’apprenez pas. Je ne vais pas me dénuder. Comme je viens de l’écrire, en publiant ce texte, il ne s’agira pour moi de ne lever qu’un petit bout du voile pudique dont je revendique âprement le droit de le porter.

      Demain L’automne
      Que je ne verrai pas

      Avec ses accents de matrone
      Avec la pluie couvrant ses pas
      Sur les coteaux rouges et jaunes
      Tapis sous un ciel vert de gris
      Avec les amours monotones
      Qu’elle glane sur les parvis
      Que le printemps qui prend le Rhône
      Dans la péniche de l’ennui
      A déserté à petits pas.

      Et le ciel sur le Rhône *
      Ecartèle les bras
      Et les buissons frissonnent
      Lorsque sonne le glas
      La bise polissonne
      Vient agiter l’éclat
      D’une flamme qui fuit
      Puis au flanc de l’automne
      S’en va coucher la pluie.
      Amante de personne
      Dans sa mélancolie
      Qui pleure dans ses draps.

      Demain sera l’automne
      Et je ne serai pas.
      Alors prenant le Rhône
      Ouvrant ses larges bras
      Au seuil de l’Azur recueillie
      Un printemps reviendra
      Pour bouter hors l’automne
      Amour refleurira
      Mais mon cœur atone
      Lui ne fleurira pas.

      Il meurt cet automne
      Pour la dernière foi.


      Mon cœur mort ? Pour la dernière foi ? N’en croyez rien amis, il ne s’agit là que de ces excès de langage auxquels conduit l’emphase propre au genre poétique. D’ailleurs ce poème est ancien, il date de mon adolescence, et mon cœur de lion a depuis ces année-là rugit encore à mainte reprises. J’arrive, je reviens. A bientôt pour de nouveaux combats.



      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Dimanche 10 décembre 2017.
    • Heure Local


      The Widgipedia gallery
      requires Adobe Flash
      Player 7 or higher.

      To view it, click here
      to get the latest
      Adobe Flash Player.
      Get this widget from WidgipediaGet this widget from WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ Widgipedia
    • Partager



      Referencement gratuit
    • Les livres des voix

    • calendrier des voix

      Octobre   2018
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4 5 6
      7 8 9 10 11 12 13
      14 15 16 17 18 19 20
      21 22 23 24 25 26 27
      28 29 30 31