• DANS QUINZE JOURS LA GUERRE !

      DANS QUINZE JOURS,
      LA GUERRE !


      Donald Trump est invité, par le chef de l’État Français, à assister au défilé du 14 juillet. Ils sont rares les chefs d’État américains qui ont eu ce privilège si fort en significations et symboles. Tient donc !? Le « milliardaire », le « populiste », raciste, « sous-culturé », grossier, hispanophobe, homophobe, climato-sceptique, machiste, russophile et provocateur, deviendrait –il fréquentable ?

      Il est allé depuis il est vrai poster à Jérusalem, dans la boite aux lettres de Jéhovah, le billet de ses doléances et lamentations. Notre père qui trône aux cieux l’aurait-il reconnu parmi ses fils ? Serait-ce ce dernier qui l’a recommandé aux forces décisionnelles sans lesquelles rien ne peut se faire ?

      Bon il est vrai, il n’a pas fait que ça monsieur Trump, pour se faire adopter par ses pairs du système. Il en a rabattu beaucoup de ses prétentions à changer le cours de la politique internationale des États-Unis. Il voulait rééquilibrer les relations Russo-américaines, il renouvelle et étend même les « sanctions occidentales » contre la Russie, Il acceptait de parler à Bachar Al-Assad et voilà qu’il veut à présent le tuer, il voulait aboutir à un règlement négocié de la crise syrienne et il bombarde un aérodrome et plus guère de jours ne se passe depuis sans que ses avions ou ceux de son cher petit poucet, Israël, n’attaquent les forces de l’armée syrienne. Le voilà qui fait mine de prendre à présent pour « parole d’évangile » les cabales arrangées de toute pièce par ses services secrets ou les notre à propos de soi-disant attaques chimiques prochaines de l’armée syrienne, se déclarant prêt, si cela se produit, à punir sévèrement Bachar Al Assad, l’Iran et la Russie, tout de go.

      Donald fait le canard. Trump à ravalé ses rodomontades. Céder aux pressions insistantes et coordonnées du Pentagone, de l’administration américaine, du clan Obama, du parti démocrate, de l’A.I.P.A.C., d’Israël, des « néocons » et de la France bien entendu, ou ne jamais être vraiment le Président des U.S.A., tel était son dilemme. Il semble avoir cédé. Il est mûr. Ils vont pouvoir reprendre le fil interrompu de la politique agressive impérialiste de l’Occident.

      Trump par ses actes de « contrition » est en passe de devenir autre choser que « le milliardaire », le Présidents des Etats-Unis d’Amérique peut-être. C’est ce que signifie son invitation au défilé du quatorze Juillet en France. Encore va-t-il falloir qu’il se conduise comme tel.

      La France en cette affaire joue un rôle de premier plan. Depuis que Barak Obama, à l’été 2013 a renoncé à bombarder la Syrie, la Présidence de la République Française assure l’intérim de la direction diplomatique du cartel impérialiste. C’est elle qui fut chargée alors de maintenir la cohésion de la coalition arabo-occidentale, de persuader les amis arabes (voyages d’Hollande en Arabie Saoudites) et israéliens qu’il ne s’agissait que d’une suspension tactique momentanée, dans l’attente d’une reprise des hostilités selon des modalités nouvelles.

      Si François Fillon avait été élu, il ne fait guère de doute que la conjonction de celui-ci avec Donald Trump, aurait abouti à une reformulation des relations russo-occidentales. C’est pourquoi, le « système » se devait de barrer la route au sarthois et faire élire l’homme qui assurerait la continuité de la politique internationale de la France inféodées à celle des U.S.A. Monsieur Macron qui a déclaré à plusieurs reprises, durant le cours de la campagne des présidentielles, qu’en cas de nouvelle attaque chimique de Bachar Al Assad, la France, même seule punirait sévèrement celui-ci, était à l’évidence l’homme de la situation.

      Si une attaque Chimique se produit ? Mais c’est bien sûr, le dire ainsi, rien moins que la convoquer, l’appeler de ses vœux. N’est-ce pas une manière de délivrer un signal aux complices du terrain pour leur signifier qu’ici tout est prêt et que l’on attend plus qu’eux, le « prétexte » qu’ils voudront bien fournir ?

      Et, comme par le plus inattendu des hasards, voilà seulement quelques jours que Macron est installé dans les salons de la Pompadour, et déjà des bruits insistants se font entendre sur « les préparatifs d’une attaque chimique par Bachar Al Assad bien sûr. Décidément, » il est con ou idiot se type ? ». Le cartel des plus grandes puissances occidentale lui disent clairement « si tu fais à nouveau usage d’armes chimique on t’écrase » et lui l’inconscient, les nargue en s’affairant à des préparatifs le plus ostensiblement possible. Ce con-damné (ou l’inverse) met lui-même la tête dans la lunette et se paye la gueule de « Samson ». A moins que les « cons » les vrais, soient ceux qui pensent nous faire croire à de telles balivernes.
      C’est pour cette dernière et sinistre hypothèse que je penche. Toutes les précédentes ou prétendues attaques chimiques de Bachar Al Assad ont été en vérité fomenté dans des circonstances troublantes par des groupes extrémistes de l’opposition syrienne probablement en coordination avec des services secrets occidentaux ou israéliens et plus probablement encore Français. L’on se souvient que se sont de pseudos journalistes du Monde qui furent les témoins patentés de celle de 2013 qui faillit déjà aboutir à une intervention occidentale.

      Sinistre hypothèse dis-je. Sinistre et infiniment cynique. En effet, elle sous-tend l’idée que cette fameuse attaque chimique souhaitée, les puissances occidentales, la France en tout premier, l’appellent de leurs vœux, que nos services secret la concoctent probablement en ce moment avec quelques complices locaux, qu’elles sont disposées, les dites puissances, pour inventer et étayer un prétexte à intervenir militairement, a sacrifier quelques dizaines ou centaines d’innocents qu’ils exhiberont ensuite sans pudeur sur leurs télévisions à des fins de propagande belliciste.

      Les 7 et 8 juillet le G 20 doit se réunir à Hambourg, une rencontre des Présidents américains et russe parait avoir été convenue en marge de celui-ci. (Ils) comptent sur l’ambiguïté des positions de Trump à l’égard de la Russie, pour endormir la méfiance de Poutine.

      Si elle ne s’est produite avant le G 20, la provocation chimique aura alors probablement lieu entre les 9 et 13 juillet.

      Le 14 juillet Donald Trump pavoisera à Paris en compagnie d’Emmanuel Macron. Après la poignée de main « virile » échangé par les deux hommes, c’est à administrer un autre genre de preuve de virilité que Macron incitera « le grand blond qui la ramène ». Il est temps Donald lui dira-t-il de montrer que tu en as et de faire voir à nouveau celles de l’Amérique. Après le défilé le feu d’artifices.

      Dans quinze jours la guerre !

      Une intervention occidentale en Syrie, dans le contexte présent, implique le risque, sinon la certitude d’une confrontation avec l’Iran et la Russie. Mais on l’a compris par les déclarations de Trump et divers autres responsables de l’administration américaine, ce risque est pris en compte et pleinement assumé, mieux même il est devancé puisqu’il est dit qu’il ne s’agira pas de punir la seule Syrie mais l’Iran et la Russie aussi. Véritable déclaration de guerre.

      Il faut s’attendre donc à ce qu’il ne s’agisse pas d’une simple « correction », de simples représailles. Le plus probable est qu’il s’agira d’une attaque massive faite pour mettre à genoux le régime syrien, tuer Bachar Al Assad, tétaniser l’Iran et la Russie. Le dispositif est en place l’administration américaine et le Pentagone l’ont préparé de longue date et à l’insu de Trump. Son rôle à lui est limité à siffler le début de la partie afin qu’il se croit tout de même le chef. L’attaque sera massive et fulgurante.

      Les alliés Russes Syriens et Iraniens sont-ils prêts à faire face à une offensive d’une telle ampleur ? La première des conditions et de ne pas laisser endormir sa vigilance par d’éventuelles initiatives diplomatiques de diversion. Poutine se laisserait il surprendre comme le fit en son temps Staline par le déclenchement de l’opération « Barbarossa » ? Telle est la question.


      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Samedi 1er juillet 2017.
    • Heure Local


      The Widgipedia gallery
      requires Adobe Flash
      Player 7 or higher.

      To view it, click here
      to get the latest
      Adobe Flash Player.
      Get this widget from WidgipediaGet this widget from WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ WidgipediaMore Web & Desktop Widgets @ Widgipedia
    • Partager



      Referencement gratuit
    • Les livres des voix

    • calendrier des voix

      Août   2017
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4 5
      6 7 8 9 10 11 12
      13 14 15 16 17 18 19
      20 21 22 23 24 25 26
      27 28 29 30 31