• CONVERGENCES ? LE CHEMIN DE LA VICTOIRE

      CONVERGENCES ?
      LE CHEMIN DE LA VICTOIRE


      J’ai eu ce matin communication d’un appel commun des fédérations FO et CGT d’Indre et Loire (37). Je le publie en annexe

      *

      Certains, ses ennemis surtout, ne veulent voir dans la diversité et la disparité du mouvement des « Gilets-Jaunes », que « le talon d’Achille », la promesse d’éclatement prochain voire la certitude de l’incapacité de ce mouvement. Ils en rêvent, et certains bien sûr travaillent d’arrache-pied à transformer leurs rêves en réalité. Ils font feu de tout bois pour discréditer et diviser les « Gilets-Jaunes ». Chacun le sait en effet, « diviser pour régner » est une des plus anciennes méthodes des pouvoirs. Certains Gilets-Jaunes qui se prêtent par inconscience, ego, ou légèreté à ce jeu pervers, doivent réaliser qu’ils jouent contre le mouvement de tous, porteur de leurs espérances.

      Mais ceux-là se trompent, et nous feront tout pour les démentir. Je ne cesse de l’écrire et de le répéter, « la disparité des origines sociales, culturelles, politiques et sociaux professionnelles du mouvement des« Gilets-Jaunes » est en vérité son meilleur atout, la manifestation de sa force et le gage de sa victoire. Je vais essayer de dire pourquoi.

      Ce que l’on appelle Les luttes et mouvements sociaux sont la plupart du temps le fait de telle ou telle entreprise, métier profession ou catégorie sociales. Chacune et chacun avec ses revendications particulières ou spécifiques. Incapables à cause de cela de cristalliser des luttes interprofessionnelles ou « tous ensemble ». Et qui se font battre chacune leur tour, en détail.

      Le mouvement des gilets-jaune, lui, est apparu d’emblée comme celui des salariés, des employés, des ouvriers, des chômeurs, des retraités, des « errémistes », des commerçants, des artisans, des autoentrepreneurs, des agriculteurs.

      Le mouvement des « Gilets-Jaunes » à sa naissance est apparu comme un mouvement interprofessionnel, inter-catégoriel, interclasses ! Il est apparu comme un mouvement unificateur. Potentiellement le mouvement de tout le peuple.

      Ce fameux slogan, « Tous ensemble ! Tous ensemble » que scandent vainement les manifestants de tous les mouvements sociaux ou professionnels depuis 1995, le mouvement des Gilets-Jaune lui, en a fait son crédo et sa promesse. Par sa nature même il l'a fondé et l’a rendu possible. Le mouvement des « Gilets-Jaunes » a une vocation fédératrice.

      Alors certes, percutés par le caractère inédit de ce mouvement, certains se sont laissés surprendre et ont été sensible dans un premier temps aux arguments officiels qui voulaient venir à bout de la mobilisation en l’insultant : « mouvement d’extrême-droite, ou d’ultragauche, « foule haineuse de gens incultes » etc.

      Mais les semaines ont passé et le temps a fait son œuvre. L’émotion du début a fait place à la raison et à la réflexion. Voilà que de plus en plus, à la base, des syndicalistes rejoignent le mouvement des Gilets Jaunes. Ce qui était inscrit en filigranes dans la nature du mouvement est en train d’entrer dans la réalité. La convergence annoncée se fonde et se renforce. Le « TOUS ENSEMBLE » est maintenant possible, il est proche, il est pour DEMAIN.

      La victoire des revendications et du mouvement des « Gilets-Jaunes » en dépend. Ceux qui veulent gagner vraiment le savent bien au fond d’eux-mêmes, c’est « TOUS ENSEMBLE » que nous allons gagner. C’est pourquoi, loin de rejeter les syndicats et les partis ils les appellent ardemment à se joindre à eux. Cela ne change rien au mouvement Gilets-Jaunes lui-même, qui reste indépendant, apolitique et a-syndical, et refuse de se faire noyauter ou manipuler par qui que ce soit. Il s’agit là non d’amalgame, mais de libre alliance de circonstance.

      C’est ainsi que l’on prépare le grand coup de poing décisif.


      TOUS ENSEMBLE POUR VIRER MACRON.

      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Jeudi 21 février 2019.

      ANNEXE :

      Prise de Position des UD FO / CGT d’Indre et Loire

      Abrogation de la loi « anti-casseurs »

      Le mouvement ouvrier qui s’incarne dans nos organisations syndicales, s’est toujours voulu
      internationaliste, pacifiste, démocratique, nos organisations rappellent que le droit de
      manifester, ne peut être séparé du droit de revendiquer comme de celui de faire grève, ce sont
      des droits fondamentaux protégés comme d’autres par l’OIT qui condamne toute restriction,
      toute répression mais aussi tout fichage des manifestants et des syndicalistes.

      En France, pays des Lumières et des Droits de l’Homme, au sein même de la République, ces
      dernières périodes dans le cadre du mouvement dit des « Gilets jaunes » ont vu s’exprimer une
      violente répression gouvernementale conduisant à des centaines de blessés, d’arrestations, de
      gardes à vue, de comparutions immédiates à l’encontre des citoyens, des salariés, des retraités,
      des chômeurs et des jeunes qui manifestent nombreux contre un système économique qui les
      assiège et qui les confine à la pauvreté, à la survie.

      Les revendications sont légitimes ! Elles doivent être entendues et satisfaites !

      Les UD FO et CGT 37 dénoncent cette répression d’un gouvernement qui agit par peur et sans
      aucune légitimité populaire.

      Nos organisations syndicales départementales FO et CGT rappellent que :

      • La violence, c’est d’abord les 7 millions de personnes sans travail, sans oublier tous les
      salariés précarisés, comme ces 10 millions de français contraints de vivre sous le seuil de
      pauvreté quotidiennement sans que leur situation ne trouve à s’améliorer depuis des années
      • Les casseurs, ce sont d’abord ce gouvernement et ses relais patronaux ou médiatiques qui
      exigent toujours plus de baisse du coût du travail, toujours plus de réformes contre les droits
      des salariés, toujours moins de service public pour toujours moins de dépenses. Ce même
      exécutif qui défait méthodiquement toute forme de solidarité à travers la mise à sac de la
      Sécurité Sociale et de ses principes fondateurs et qui entend maintenir dogmatiquement sa
      prochaine réforme des retraites ou de l’assurance chômage !

      Cela, alors que les travailleurs en France produisent des milliards d’euros de richesses, que les
      trusts internationaux, les grandes entreprises privées, les banques, les financiers entendent
      capter pour maintenir leurs positions et augmenter la rente toujours plus avide de leurs
      actionnaires ou commanditaires.

      Dans ce contexte, la loi dite anti-casseurs promue par le gouvernement est un élément de plus
      vers cette dérive autoritaire du gouvernement qui entend utiliser toutes les dispositions que lui
      confère la Constitution de la Ve République.


      Cette loi contient de graves dispositions attentatoires à la liberté et à la démocratie comme
      le fichage des manifestants, l’interdiction préventive individuelle de manifester, un
      périmètre de sécurité autour des manifestations, l’alourdissement des peines…
      C’est la liberté d’opinion et la liberté d’expression qui sont menacées.

      Nous ne pouvons pas accepter une telle remise en cause, une telle restriction de nos droits. Le
      « Grand Débat National » tel qu’il est voulu par le Président Macron est un véritable enfumage,
      qui doit lui permettre au final de conforter toutes ses orientations politiques et ses réformes.
      Ce n’est pas cela qui nous fera céder sur les revendications portées par nos organisations
      syndicales et reprises très souvent dans les manifestations récentes (hausse des salaires,
      défense du service public, défense de la Sécurité sociale, annulation de la CSG, réforme fiscale
      …)

      Face à la répression des manifestants et face à la répression anti-syndicale qui s’abat aussi
      dans les entreprises et les administrations, les UD FO et CGT 37 appellent leurs syndicats et
      militants à passer à l’action, à discuter de la situation avec les salariés et à se rassembler le
      Jeudi 28 février 2019 à partir de 17H45 devant le Palais de Justice, Place Jean Jaurès à
      Tours.

      Nous exigeons l’abrogation immédiate de cette loi dite « anti-casseurs » d’une part, et
      d’autre part, nous exigeons le respect des libertés démocratiques individuelles et
      collectives, comme celles de manifester, d’exprimer ses opinions (syndicales ou non) et de
      porter les revendications librement !

      Les Unions Départementales FO et CGT 37 appellent à diffuser et à faire connaître largement
      cette prise de position et à relayer cet appel auprès du plus grand nombre de salariés actifs
      chômeurs et retraités et des jeunes.


      Rassemblement Jeudi 28 février 2019 à partir de 17H45
      PLACE JEAN JAURES à TOURS devant le Palais de Justice
      TOUS ENSEMBLE POUR OBTENIR LE RETRAIT IMMEDIAT /
      L’ABROGATION DE LA LOI « ANTI CASSEURS » !
      TOUS ENSEMBLE POUR EXIGER LE RESPECT DE NOTRE LIBERTE
      D’ACTION ET D’EXPRESSION !



      Saint-Avertin le jeudi 14 février 2019
    • Partager















    • calendrier des voix

      Novembre   2019
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2
      3 4 5 6 7 8 9
      10 11 12 13 14 15 16
      17 18 19 20 21 22 23
      24 25 26 27 28 29 30