• MISE EN GARDE A L’ADRESSE DES DÉPUTÉS « LREM ».

      MISE EN GARDE A L’ADRESSE DES DÉPUTÉS « LREM ».


      Mesdames et Messieurs,

      Vous avez été élus en Juin 2017, dans des circonstances troublantes et au terme d’une campagne électorale biaisée qui entache la validité de votre élection. Alors soit, dites-vous, vous n’en êtes pas moins des élus de la Nation, selon la formule consacrée. Cette réalité ne doit pas vous empêcher de garder toute votre clairvoyance et le minimum d’humilité qu’imposent les réalités. Des « élus de la Nation » si mal élus sont fondés à ne pas trop abuser de leur situation et à faire un usage modéré de « la parcelle de pouvoir qui leur échoie momentanément ».

      La plupart d’entre vous sont très jeunes et se sont laissé embarquer dans l’aventure de « LREM » par des discours trompeurs et flatteurs (tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute ») de « jeunisme » et de « modernité ». Vous avez pu croire un moment que vous étiez nés avant vos parents. Mais les dures réalités vous rappellent à la vérité. Il y a des lois qui régissent les rapports humains et l’architecture sociale dont on ne peut s’abstraire, aussi brillant et « intelligent » soit-on. Vos « lumières » et vos connaissances abstraites ne vous autorisent nullement à nier les réalités concrètes et sous prétexte de santé financière de l’économie, de rentabilité des entreprises et de respect des « grands équilibres » à précipiter dans la misère et le dénuement une large fraction de vos concitoyens.

      Vos « Patrons », le Président de la république et le Premier-ministre, (Déclarations d’Édouard Philippe, au journal de 20 heures de TF1 le lundi 7 janvier 2019) entendent vous soumettre très prochainement une nouvelle proposition de loi dont la finalité est d’enfreindre encore d’avantage le droit sacré de manifestation et donc de libre expression des citoyens et de créer un « fichage politique » des Français. Cette loi scélérate, antirépublicaine, contraire à la constitution et à la Charte des droits de l’homme, si elle voyait le jour, constituerait une nouvelle attaque intolérable contre les libertés individuelles et politiques dans notre pays et couvrirait de déshonneur ceux qui sous une forme ou sous une autre lui apporterait leur soutien ou leur caution.

      De par sa nature et son mode de désignation, la majorité présidentielle sous la 5ème République est vouée au rôle de « majorité godillot ». Vous avez fait corps jusque-là, au détriment des Français modestes qui sont la majorité sociale, avec le Président de la République au service duquel vous avez été élu. Vous n’êtes pas tenus d’aller plus avant. Vous n’êtes pas tenus de vous couvrir d’opprobre et de déshonneur. Vous n’êtes pas tenus de cautionner par votre engagement et vos votes l’attentat que le Président et son Premier ministre entendent perpétrer contre la République. Je ne saurai trop vous inviter à ce sursaut d’honneur et de conscience qui consisterait à refuser de voter cette proposition de loi.

      A défaut, bien sûr d’un tel ressaisissement de votre part, si vous vous laissiez entrainer dans une aventure Historique déshonorante comme d’autres le firent avant-vous dans les pas de « l’État Français », vous ne devrez ni vous étonner ni vous plaindre des rigueurs que vous réserveront en ce cas l’Histoire et le peuple français.

      Patrick Seignon. « lavoiedessansvoix.fr ». Mardi 8 janvier 2018.
    • Partager















    • calendrier des voix

      Janvier   2019
      Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4 5
      6 7 8 9 10 11 12
      13 14 15 16 17 18 19
      20 21 22 23 24 25 26
      27 28 29 30 31